Les cyclones sans pitié pour les Etats-Unis, les Philippines et la Chine

Le monde a été le théâtre d'une grosse séquence cyclonique ces derniers jours. Les cyclones ont sévèrement impacté de nombreuses zones habitées à travers la planète. Les Etats-Unis, la Chine, Hong-Kong, les Philippines et les Mariannes ont sérieusement souffert.

31 morts aux Etats-Unis suite à l'ouragan FLORENCE

Ce mois de septembre a été une période particulièrement intense à suivre en termes d'actualité cyclonique. Les bassins de l'atlantique nord et du pacifique ouest ont retenu l'attention en raison de systèmes plus ou moins puissants qui ont eu un impact sévère sur les terres habitées. L'ouragan FLORENCE qui a été considéré comme une des menaces les plus sérieuses pour les côtes sud-est des Etats-Unis depuis plusieurs décennies a touché terre au niveau de la Caroline le vendredi 14 septembre.

Impressionnante vidéo des inondations dans la Caroline du Nord filmée via un drone

Le cyclone qui avait atteint la catégorie 4 laissait entrevoir le pire. Sauf que le système s'est dégonflé plus vite que prévu avant de toucher terre. On est passé de l'inquiétante perspective de l'impact direct de la première puissance mondiale par un catégorie 4 à en fin de compte l’atterrissage par un catégorie 1. Malgré un système affaibli, l'impact n'aura pas été moins fort. Les inondations de grandes ampleurs sur la Caroline et l'exceptionnelle marée de tempête a justifié l'évacuation massive décidée par les autorités locales. Le bilan humain provisoire de l'ouragan FLORENCE aux Etats-Unis fait actuellement état de 31 morts.

Le typhon MANGKHUT ravage le pacifique ouest

Alors que l'ouragan arrosait copieusement le sud-est des Etats-Unis, de l'autre côté de la planète le super typhon MANGKHUT semait la désolation dans le pacifique ouest. Ce système qui était suivi depuis le 7 septembre a pris en enfilade les îles Mariannes, les Philippines et la Chine. Les Mariannes et principalement l'île de Rota a été directement impactée alors que le typhon était en début de vie. Par la suite, MANGKHUT a comme prévu connu une phase d'intensification véloce lui permettant de devenir le cyclone le plus puissant de l'année, détrônant le typhon JEBI dont le Japon a malheureusement fait connaissance.

Les prévisions de trajectoire de départ qui épargnaient les Philippines ont progressivement évolué pour finir par directement menacer l'archipel. Le vendredi 14 septembre, le typhon après une ultime intensification frappe le nord des Philippines au niveau de l'île de Luzon a quasi pleine puissance. Les vents ont été d'une violence extrême et les précipitations ont provoqué des inondations importantes ainsi que de nombreux glissements de terrain. Le dernier bilan humain dépasse les 60 morts.

Conditions cycloniques à Hong-Kong pendant le typhon MANGKHUT

Le violent cyclone qui s'est érodé en traversant l'île ressort en mer le lendemain et continue sa route vers la Chine. L'atterrissage du typhon sur les côtes sud Chinoises à proximité de Hong-Kong sera l'épilogue de ce scénario catastrophe. La mégapole sera le théâtre de conditions cycloniques sévères avec des rafales ayant approché ou dépassé localement les 200 km/h.

Un pic d'activité cyclonique normal pour la saison

Une telle séquence cyclonique n'a rien d'exceptionnelle à cette période de l'année dans l'hémisphère nord. Le mois de septembre représente grosso modo le pic de la saison cyclonique dans dans l'atlantique nord. Quant au pacifique ouest, il s'agit d'un bassin cyclonique hors du commun, habitué à voir se former chaque année les cyclones les puissants de la saison. Mais l'impact sur les Etats-Unis ainsi que sur la Chine et Hong-Kong ont donné à ces épisodes cycloniques un retentissement médiatique important qu'il ne faudrait pas sur-interpréter. En revanche, le résultat du chiffrage des dégâts occasionnés sera à coup sur colossale.

La saison cyclonique dans l'hémisphère nord n'est pas terminée. On attend encore le réveil de l'océan indien nord qui généralement a lieu vers les mois d'octobre/novembre après un premier pic en mai/juin marqué notamment par le cyclone MEKUNU. L'ensemble du pacifique est également capable de produire encore des phénomènes cycloniques d'ici la fin de l'année. Pour l'atlantique nord, on devrait à présent commencer à s'acheminer vers la fin de la saison des ouragans 2018.

Dans l'hémisphère sud c'est l'intersaison. Les conditions sont progressivement entrain de basculer du mode hiver au mode été. Dans le sud-ouest de l'océan indien un premier système s'est mis en valeur en ayant probablement atteint le stade de tempête tropicale modérée sans être baptisé. Mais ce système fera l'objet d'un autre article.

PR

  • Source : JMA / RAMMB / JTWC / NHC
  • Image d'illustration : EOSDIS World View

ouragan pacifique

Ajouter un commentaire