Hiver austral a la re union 13

Un dipole océan indien en phase négative comparable à 2016

Le 10/08/2022 à 10:55 4

Dans Le coin expert

La partie Sud-ouest de l'océan indien présente des températures de surface de l'océan inférieures à la normale. Ce phénomène, qui a un impact sur la circulation atmosphérique, peut avoir des répercussions sur la prochaine saison cyclonique.

IOD et ENSO les moteurs du climat

Météo France océan indien a publié ses prévisions saisonnières pour la période août-septembre-octobre 2022. L'occasion pour l'agence de dresser un portrait-robot du climat attendu pour ces prochains mois dans le Sud-ouest océan indien.

Pour ce faire, l'analyse des différents moteurs qui ont une influence sur le climat dans la région est nécessaire. Deux, en particulier sont suivis de près. Il s'agit du dipôle océan indien (IOD) d'une part et d'autre part de l’oscillation australe (ENSO).

 

Les conséquences d'un IOD négatif

L'IOD qui est surnommé par certains comme étant le petit frère d'ENSO, se caractérise par le balancement irrégulier de la température de la surface (SST) de l'océan indien.

On parle d'IOD positif lorsque les SST sont plus chaudes sur la partie occidentale de l'océan indien et plus froide sur la partie orientale. A contrario, on parle d'IOD négatif en situation inverse.

tendance précipitation aout septembre ocetobre madagascar réunion maurice mayotte

Actuellement, l'océan indien se trouve dans un contexte d'IOD négatif. Les SST sur l'hémisphère Ouest de l'océan indien sont plus froides que la normale. En revanche, elles sont plus chaudes que la normale sur son hémisphère Est.

Selon les simulations des modèles climatiques, l'IOD devrait continuer à se renforcer dans sa phase négative et à atteindre un pic ces prochains mois. Selon Météo-France, il devrait atteindre le même niveau que celui de 2016.

ENSO en phase La Nina

Il faut également regarder du côté du pacifique, pour comprendre ce qui se passe et pourrait se passer ces prochains mois, dans l'océan indien Sud-ouest. L'ENSO est un phénomène dont l'impact se mesure à l'échelle planétaire. Il n'est donc pas étonnant que celui-ci influence l'activité dans l'océan indien.

Tout comme pour l'IOD, l'ENSO se caractérise par un phénomène d'oscillation de la température de la surface du pacifique équatorial. Lorsqu'elle est plus chaude que la normale, on parle d'El Nino, et lorsqu'elle est plus froide que la normale, on se trouve en présence d'une phase La Nina.

Depuis plusieurs mois, le contexte climatique mondial est impacté par un ENSO en phase La Nina. Même si cette anomalie négative est en déclin dans le pacifique, l'inertie fait que le climat continue d'être influencé par La Nina.

Ainsi, l'hiver austral dans le pacifique Sud-ouest a été dénaturé avec notamment des températures plus chaudes que la normale et des épisodes orageux exceptionnels en Nouvelle-Calédonie. À l'inverse, l'hiver a été plus frais dans l'océan indien Sud-ouest avec notamment une persistance de l'alizé, accentuant la sensation de fraîcheur.

 

Quel impact sur la saison cyclonique 2022/2023 ?

Par conséquent, ce sont des conditions plus sèches que la normale qui devraient s'instaurer au cours des prochains mois dans le Sud-ouest océan indien. D'un point de vue température, elles seront plus froides que la normale notamment sur le Nord du canal du Mozambique, sur le Nord de Madagascar et sur les Mascareignes. Par contre, elle seront plus chaude sur le Sud-ouest de Madagascar.

Concernant l'activité cyclonique, il est bien entendu trop tôt pour tirer des plans sur la comète. Toutefois, dans ce contexte de dipôle océan indien négatif, les tempêtes pourraient privilégier la partie orientale de l'océan indien Sud pour se former, en tout cas durant la première partie de saison.

L'intensité maximale de l'IOD négatif attendue serait comparable à 2016. Il est à noter que la saison cyclonique qui avait suivi fut très laborieuse, avec une activité contrariée. Attention, cela ne veut pas forcément dire que la saison 2022/2023 sera similaire à celle de 2016/2017. D'autant plus que 2016 faisait suite à un El Nino particulièrement intense, ce qui n'est absolument pas le cas cette année.

À présent, attendons les sorties des modèles climatiques d'octobre pour avoir plus de détails, notamment sur le type de trajectoire privilégié. Cette information est importante pour avoir une vague idée des secteurs potentiellement les plus exposés au risque cyclonique pour la prochaine saison.

PR

service alerte cycloneoi

INSCRIVEZ-VOUS AU SERVICE ALERTE

à la une

Commentaires

  • Mia

    1 Mia Le 11/08/2022

    El Nino en hémisphère Nord et la La Nina en hémisphère Sud !
    patrabeson

    patrabeson Le 11/08/2022

    En fait c'est l'un ou l'autre ou neutre. Mais jamais les deux en même temps. Actuellement, nous avons un épisode La Nina en cours dans le pacifique équatorial mais qui devrait être en phase de déclin.
  • Cyril

    2 Cyril Le 10/08/2022

    Bonjour,

    Merci pour ces éclaircissements sur ces rouages de la machine climatique dans la région.
    patrabeson

    patrabeson Le 10/08/2022

    C'est avec plaisir !

Ajouter un commentaire

Anti-spam