VOYAGEOI.COM -  TRAVAILLER AVEC CYCLONEOI -  CONTACT

Le dipôle océan indien une des causes des incendies qui ravagent l'Australie

11 Janvier 2020 : Depuis plusieurs mois, l'Australie est ravagé par des incendies catastrophiques. Le dipôle océan indien exceptionnellement positif explique en partie l'ampleur dramatique de ces incendies.

Combinaison IOD+ et AAO défavorable pour l'Australie

Incendie australie

- ESA : Satellite Sentinel 2 // 13 décembre 2019 via Cité de l'Espace -

L'actualité de ces derniers mois est marqué par les incendies dévastateurs qui ravagent plusieurs régions de l'Australie. L'ampleur de ces feux de brousse ont atteint cette année une violence sans précédent, notamment dans l'État de la Nouvelle-Galles du Sud. Les flammes auraient ravagé plus de 80.000 km2 de brousse, de forêts et parcs nationaux. Depuis le mois de Septembre, ces incendies ont fait plus de 20 morts. Les grandes villes du Sud-Est australien comme Sydney ou Canberra ont été recouvertes par un nocif smog (brouillard de pollution) directement associé à ces feux. Enfin, l'impact sur l'environnement, la faune et la flore est catastrophique. Selon une étude de l'Université de Sydney, un milliard d'animaux auraient péri dans les flammes sur l'ensemble de l'Australie.

LIRE PLUS : Dipôle en phase positive, quel impact dans l'océan indien

Des conditions anormalement chaudes et sèches ont contribué à aggraver la situation. Deux phénomènes climatiques ont instauré ce contexte propice au déclenchement d'incendies. Tout d'abord, l'océan indien a été marqué par un dipôle en phase positive d'une ampleur rarement observée qui a atteint son pic en Octobre et Novembre. Cette oscillation que certains qualifient de petit frère d'ENSO (El Nino/La Nina), a eu pour conséquence de renforcer l'activité orageuse et cyclonique sur l'hémisphère Ouest de l'océan indien et à contrario, de la diminuer sur la partie Est. Dans le même temps, l'oscillation antarctique en phase négative a entrainé un renforcement d'une anomalie de vent d'Ouest, repoussant l'air chaud et sec du désert australien vers le littoral Sud-Est.

70% des zones brûlées dans le monde en Afrique

La combinaison de ces phénomènes auront eu des conséquences catastrophiques pour l'Australie. Malgré la lutte sans relâche des pompiers depuis des mois, les incendies se poursuivent en raison de la chaleur et des vents violents d'Ouest qui ne cessent d'attiser les flammes. De plus, ces incendies sont si violents qu'ils sont capables de générer des orages appelés pyrocumulonimbus et dont la foudre associée, contribue à alimenter de nouveaux départs de feu.

Incendie australie vu espace iss

- NASA : Pyrocumulonimbus​ provoqués par les incendies vus depuis l'ISS // 4 Janvier 2020 via Cité de l'Espace -

Si les incendies qui frappent l'Australie provoquent de vives et légitimes émotions à travers la planète, n'oublions pas que d'autres régions du globe sont également concernées par de dramatiques feux. Selon une étude de l'Agence Spatiale Européenne publiée en février 2019, l'Afrique subsaharienne représente environ 70% des zones brûlées dans le monde, sur la base de données satellitaires mondiales. Cette même étude indique que les incendies en Afrique contribuent pour 25 à 35%, des émissions annuelles totales de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

PR

Australie

Ajouter un commentaire