VOYAGEOI.COM -  TRAVAILLER AVEC CYCLONEOI -  CONTACT

Dipôle en phase positive, quel impact dans l'océan indien

26 Septembre 2019 : 06 UTC - Cette fin d'année 2019 devrait être marquée par un dipôle de l'océan indien fortement positif. Ce phénomène qui peut avoir des conséquences significatives à l'échelle régionale devrait influencer le climat durant le printemps austral 2019 de l'océan indien.

Le petit frère d'ENSO

Le dipôle est un phénomène caractérisé par une anomalie de la température de la surface de l'océan indien. À l'image de l'oscillation australe (El Nino/ La Nina), le dipôle lorsqu'il n'est pas en phase neutre, est positif dans le cas où l'océan indien est plus chaud que la normale sur son hémisphère Ouest et à contrario négatif si l'anomalie chaude et du côté Est. Le dipôle atteint généralement son pic au cours de l'intersaison hiver/été austral.

Ce phénomène d'interaction entre l'océan et l'atmosphère peut avoir un impact significatif sur le climat à l'échelle régionale. En phase positive, la convection est renforcée sur l'Ouest de l'océan indien, renforçant du même coup les précipitations sur la partie occidentale de l'océan indien Sud-Ouest. En revanche, elle est inhibée côté Est, ce qui induit des conditions plus sèches que la normale en Indonésie et en Australie. L'inverse est observé lors des phases négatives.

Phase positive marquée

Le dipôle est en phase positive depuis le mois de Mai. Selon le Bureau Of Meteorology (Australie), l'index IOD en date du 15 Septembre était supérieur au seuil des +1°C, confirmant la poursuite et un accroissement d'un événement positif. Les modèles suggèrent que l'IOD pourrait continuer de se renforcer ces prochaines semaines et atteindre son pic en Octobre à un niveau parmi les plus élevés de ces 5 dernières années.

index IODLes modèles climatiques réagissent fortement à ce contexte. Pour le trimestre Octobre/Novembre/Décembre, les produits du centre européen ECMWF simulent une anomalie de température positive marquée de la surface de l'océan indien à l'Ouest et négative à l'Est. Dans le même temps, une anomalie humide importante est suggérée sur une partie de l'Afrique Australe, le Nord de Madagascar et la région des Seychelles, alors que l'anomalie est significativement sèche pour le secteur Indonésie/Australie.

Une influence sur l'activité cyclonique ?

Concrètement, le dernier trimestre de l'année 2019 s'annonce sec et plus chaud que la normale pour l'Australie et l'Indonésie, avec une amplification du risque d'incendie. À l'opposé, cette intersaison pourrait être plus humide que la moyenne sur l'extrémité occidentale de l'océan indien Sud-Ouest.

IOD phase positive ecmwfCela ne nous dit pas grand chose de la prochaine saison cyclonique qui approche. Toutefois, quelques petits indices pourraient laisser supposer que la zone d'activité cyclonique préférentielle en début de saison serait la partie Ouest de l'océan indien. Mais il est bien trop tôt pour s'avancer. À noter que le centre des cyclones de la Réunion publiera ses prévisions d'activité cyclonique vers la mi-novembre. On en saura probablement plus à ce moment.

PR

Source : ECMWF // BOM

climat

Ajouter un commentaire