VOYAGEOI.COM -  TRAVAILLER AVEC CYCLONEOI -  CONTACT

CLOTILDA, un cyclone qui a marqué à vie Sébastien Langlade

Sébastien Langlade a 8 ans lorsque le cyclone tropical CLOTILDA frappe la Réunion. L'épisode cyclonique le marquera à tel point que cet événement le poussera à devenir Météorologue et notamment prévisionniste cyclone au CMRS de la Réunion.

CLOTILDA par Sébastien Langlade

Une saison cyclonique 1986/87 peu active

Nous sommes au coeur d'une saison cyclonique 1986/87 peu active, probablement en raison d'un contexte climatique mondial marqué par un El Nino fort dans le pacifique. Alors que nous entrons dans le mois de Février 1987, seulement 3 systèmes ont été observés. C'est dans cette situation qu'intervient alors l'épisode CLOTILDA. 

Sébastien Langlade a 8 ans lorsque se forme le système au large des côtes orientales de Madagascar. Il habite à Bellepierre, dans les hauts de Saint-Denis. De là, il dispose d'une vue imprenable sur la ville et sur la mer, lui permettant d'observer la houle cyclonique, un phénomène qui l'intéresse au plus haut point. 

Jusqu'à présent, on ne peut pas dire que Sébastien ait connu des épisodes cycloniques majeurs. Il était bien trop jeune durant HYACINTHE et FLORINE. Les seuls phénomènes dont il se souvienne sont ERINESTA et BAKOLY qui ont généré une houle cyclonique importante sur les côtes réunionnaises. Mais la cyclogenèse en cours entre Madagascar et la Réunion sera l'occasion pour lui de vivre un événement qui aura un impact sur sa vie.

CLOTILDA approche et ramène de fortes pluies

Le lundi 9 février on commence a parlé de CLOTILDA. La tempête s'approche de la Réunion de manière atypique par l'Ouest. Sébastien est donc à l'affût de la moindre information. Son père qui lui a appris à pointer les cyclones sur les cartes d'époque, s'exécute à chaque point diffusé à la radio. Le jeune dyonisien qui ne manque aucune information sur CLOTILDA est excité à l'idée de vivre l'arrivée d'un phénomène.

Les jours précédents l'impact sont marqués par des précipitations exceptionnelles. L'approche par l'Ouest de l'île ramène un flux de Nord chargé en humidité, produisant des pluies intenses sur le département. Sébastien ne garde pas de souvenir précis de cette séquence pluvieuse. En revanche, il sera stupéfait en découvrant les images à la télévision des impressionnantes destructions et inondations dans de nombreux quartiers de Saint-Denis.

Une violente et subite dégradation 

Bizarrement, le matin du vendredi 13, alors que l'oeil du phénomène est dans le voisinage immédiat de l'île, on assiste à une amélioration des conditions météorologiques. La famille Langlade profite de cette situation pour ouvrir les volets, histoire d'aérer la maison enfermée depuis plusieurs jours. Cette accalmie sera en réalité ce qu'il est coutume d'appeler "le calme avant la tempête".

LIRE PLUS : Il y a 30 ans, CLOTILDA

Le temps se dégrade brutalement en fin de matinée. Sébastien se souvient comme si c'était hier du déroulement des événements. À midi, le courant est coupé alors que la famille regardait la télé. À partir de là, les conditions deviennent cycloniques. Le vacarme est assourdissant et le toit en tôle amplifie de manière effrayante les effets du vent et de la pluie.

Cette violente et subite dégradation résulte du fait que le mur de l'oeil du cyclone CLOTILDA pénètre sur les côtes Nord et Nord-Est de la Réunion. À ce moment là, Sébastien assiste à quelque chose dont il n'avait jamais vécu et avoue être littéralement terrifié par ce qu'il voit et entend. Il sera d'autant plus marqué que son père, au coeur de la tourmente, dut luter dans la salle de bain pour retenir les volets qui ne voulaient plus se refermer.

1h à 1h30 de tourmente

Le paroxysme de la dégradation sera rapide et durera entre 1h et 1h30. Par la suite, c'est de nouveau l'accalmie. CLOTILDA est loin d'être parti, bien au contraire. Le coeur du cyclone restera bloqué par le relief central de l'île durant plusieurs heures. Le centre du phénomène décriera plusieurs boucles entre les cirques avant de définitivement quitter la Réunion.

Sébastien aura vécu au cours de cet épisode un véritable ascenseur émotionnel comme il le raconte dans la vidéo. Alors qu'un tel événement effrayant aurait pu lui faire détester les cyclones, c'est l'inverse qui se produit chez lui. Il devient à ce moment un passionné de cyclone, au point qu'il orientera très tôt ses études dans le but bien précis de devenir météorologue.

Après un passage par Météo France aux Antilles, il est aujourd'hui prévisionniste cyclone au CMRS de la Réunion. Il a ainsi réalisé son rêve de vivre de sa passion en ayant un métier le permettant de côtoyer en permanence les cyclones tropicaux. 

Prévisionnsite avant l'heure

CLOTILDA agira comme un véritable électrochoc pour Sébastien Langlade. Suite à cet événement, il suivra de manière très précise et détaillée tous les systèmes dépressionnaires tropicaux. À l'occasion de cette interview, j'ai l'honneur de découvrir sa caverne d'Ali Baba. Tous ses souvenirs des saisons cycloniques précédentes sont soigneusement entreposés. Chaque saison depuis CLOTILDA en 1987 sont décrites dans des cahiers avec une incroyable précision.

En plus des informations, on peut y découvrir des illustrations avec des coupures de journaux, des photos et même des dessins. J'ai littéralement l'impression d'observer une publication météorologique professionnelle. Pourtant, tout cela a été réalisé au cours de sa jeunesse, de ses 8 ans jusqu'au lycée en 1998. Le détail de ces archives sont véritablement étonnante et montre le niveau très élevé de sa passion. Il n'y a pas de doute, Sébastien était un prévisionniste cyclone bien avant l'heure.

PR

témoignages

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire