SITE D'INFORMATION SPECIALISE SUR LES CYCLONES TROPICAUX ET L'OCEAN INDIEN

Assises sur les risques naturels à la Réunion 2017 : Appel à témoignages

Clotilda 1

Il y a 30 ans, CLOTILDA

Il y a 30 ans, se creusait silencieusement un minimum au large des côtes Est de Madagascar. A cet instant, alors que la saison 1986/87 était marquée par une activité cyclonique anormalement faible, personne ne se doutait qu'on assistait là aux prémices d'une catastrophe qui marquera les Réunionnais. Nous avons décidé de commémorer les 30 ans du passage de CLOTILDA à la Réunion en revenant sur le déroulement des évènements.

Un système venant de l'ouest

La saison 1986/87 se déroule en plein épisode el Nino modéré dans le pacifique. Comme lors de la dernière saison 2015/16, ce phénomène semble impacter l'activité dans l'océan indien sud, en contrariant les cyclogenèses. Alors que l'on entre dans le mois de février 1987, on ne compte que 2 systèmes baptisés, ALININA et BEMAZAVA (qui n'aurait pas dû être baptisé dans la mesure où ce système n'a pas dépassé le stade de Dépression Tropicale). C'est donc dans un contexte climatique particulier et n'incitant pas à la vigilance que survient CLOTILDA. Le 8 février, le minimum est détecté au large des côtes centre-est de la Grande Île. Le 9, on parle déjà d'une dépression tropicale située à 150 km à l'est sud-est de Tamatave par 19°S et 51°E. Le lendemain, le centre Météorologique de Madagascar baptise le système CLOTILDA à 6UTC, alors qu'il s'évacue vers le sud sud-est à environ 10 km/h, ce qui est favorable pour la Réunion. Une petite houle fait son apparition le long des côtes ouest du département. Dans la nuit du 10 au 11 Février 1987, revirement de situation. CLOTILDA se heurtant au mur constitué par les hautes pressions méridionales est repoussé vers le nord-est. Dans le même temps, le système se renforce progressivement pour devenir une Forte Tempête Tropicale. Dès le 11 février, l'influence de la perturbation se fait ressentir sur la Réunion, notamment par les précipitations. Les régions nord, est, sud-est et les hauteurs de l'île sont déjà copieusement arrosées, avec des cumuls dépassant les 700 mm en 24H dans le secteur des Plaines. Dans la nuit du 11 au 12, CLOTILDA infléchit son déplacement vers l'est, devenant une menace directe pour la Réunion qui est en alerte 1. Le 12, à 5H, l'alerte 2 est déclenchée, la menace se précise. La mer est forte du Port à Gillot et le vent de secteur nord nord-est se renforce le long des côtes ouest. Les précipitations s'aggravent avec des cumuls dépassant allègrement les 1000 mm sur les hauteurs du Département. L'alerte maximale est déclenchée à 12H30 pour les communes des Avirons, du Port, de la Possession, de Saint Paul et de Trois Bassin, puis à 14H pour l'ensemble de l'île. Alors que CLOTILDA ne se trouve plus qu'à 50 km de la Réunion, la FTT est forcée de contourner l'île par le nord-ouest en raison du relief du département.

Vidéos d'archives des conséquences de CLOTILDA à la Réunion (RFO)

Trajectoire de CLOTILDA (Météo France)

Trajectoire complète de CLOTILDA (Météo France)

 

 

Vendredi 13...

Dans la journée du 13 février 1987, CLOTILDA entre dans le champ de vision du radar de Météo France. A 7h, il est situé par les points 20°5S et 55°3E soit à 40 km au nord nord-ouest immédiat du département. Malheureusement, l'établissement d'un couloir dépressionnaire attire le système vers le sud sud-est, direction la Réunion. Dans le même temps, et pour ne rien arranger, le radar permet de détecter un œil, preuve que CLOTILDA est devenu un Cyclone Tropical au moment de frapper directement l'île. Le centre du système touche terre dans les environs de Sainte Suzanne (nord-est de l'île) en milieu d'après-midi. La région nord subit brièvement des conditions cyclonique, avec des rafales qui ont très certainement dépassées les 200 km/h localement. Inversement, l'ouest se retrouve à l’abri du vent. Fait inédit, CLOTILDA va stationner pendant plusieurs heures sur la Réunion. En réalité, l'évolution du phénomène est une nouvelle fois entravée par le relief de l'île. Dans la nuit du 13 au 14, le Cyclone se ballade littéralement à travers son relief. Après une boucle dans le secteur de Sainte Suzanne, le système pénètre de nouveau sur terre au niveau de Saint Benoit, puis, traverse les plaines d'est en ouest avant une nouvelle boucle dans le cirque de Cilaos. Durant son périple, une augmentation significative de la température est observée sur les stations de Météo France. Ce n'est que dans la matinée du 14, que CLOTILDA redevenue Forte Tempête ressort au niveau de Saint Pierre (sud-ouest de l'île). Dans l'après-midi, la mer s'agite fortement dans le secteur sud-ouest de la Réunion et dans la nuit du 14 au 15, plusieurs secteurs de l'ouest sont inondés par les eaux, notamment Saint Gilles. Selon Météo France, le système en ressortant en mer s'est renforcé de nouveau, ce qui explique cette aggravation des conditions dans cette région de l'île.

  • RAFALES
  • GILLOT 173 km le 13/02 à 0950UTC
  • ST PIERRE 115 km/h le 13/02 à 1455UTC
  • LE PORT 104 km/h le 12/02 à 1825UTC
  • PLAINE DES CAFRES 119 km/h le 13/02 à 0823UTC
  • PRECIPITATIONS
  • COMMERSON 1575 mm en 24H
  • PLAINE DES PALMISTES 2507 mm sur 3 jours
  • BEBOUR 2465 mm sur 3 jours
  • NEZ DE BOEUF 2375 mm sur 3 jours

Oeil de CLOTILDA capté par le radar (Météo France)

Oeil de CLOTILDA capté par le RADAR (Météo France)

Un phénomène qui marque les esprits

Désormais, CLOTILDA s'éloigne de la Réunion en direction de l'ouest, laissant derrière lui désolation et incrédulité dans la population. Si les rafales qui ont balayé l'île dans la journée du 13 ont impressionné, ce sont les précipitations qui ont été à l'origine des dégâts les plus importants et visibles. Le désastre est si considérable, qu'il est qualifié à l'époque, de similaire aux conséquences de HYACINTHE en 1980. Le bilan est lourd, inondations, routes détruites, éboulis, 150 000 personnes privées d'eau, 40 000 sans électricité, 10 000 sans téléphone. Les destructions et pertes sont énormes dans le secteur agricole. Le bilan humain fait état de 10 personnes décédées ou portées disparues. Ce système qui a influencé l'île pendant 4 jours, aura déployé toute la panoplie destructrice possible le faisant rentrer dans la liste fermée des cyclones marquants de l'histoire de la Réunion. Une des leçons de CLOTILDA, est que même au cours d'une saison peu active, le risque zéro n'existe pas. A peine 2 ans plus tard, la loi des séries continue, avec un nouveau cyclone qui fera presque oublier CLOTILDA. Mais ça, c'est encore une tout autre histoire...

PR

Source : Météo France / JTWC / National Climat Data Center / IBTrACKS / NOAA / RFO

flashback

Ajouter un commentaire