Diego garcia abandoned plantation 1

Les Chagos

Lors de notre premier épisode consacré aux îles de l'océan indien, nous avions mis à l'honneur le Groupe Farquhar. Pour notre deuxième épisode, focus sur les Chagos. Cet archipel se situe à proximité de la zone de cyclogenèse habituelle des cyclones tropicaux évoluant dans l'océan indien sud-ouest. Prenons quelques minutes pour nous intéresser à ce magnifique territoire. Voici 4 choses à savoir sur les Chagos, ce paradis qui cache une terrible histoire.

UN DES PLUS GRANDS ATOLLS DU MONDE

Atoll Salomons

Iles Salomon dans l'archipel des Chagos

Situé au centre de l'océan indien, l'archipel des Chagos est constitué de 55 îles réparties en 7 atolls pour une superficie totale de 54 400 km², pour seulement 60 km² de terres émergées (l'atoll Diego Garcia compte à elle seule 40 km² de terre émergée). Le Banc Great Chagos est le plus grand atoll de l'archipel, mais aussi une des plus grandes structures coralliennes du monde et la plus grande de l'océan indien. Il mesure 150 km d'Est en Ouest et 100 km du Nord au Sud, alors que la superficie du lagon est de 13 000 km². Une grande partie de l'atoll est immergée, seul 6 km² de terres sont émergées. Etant une réserve naturelle, l'atoll ainsi que les 7 îles qui l'entourent sont inhabités et l'accès strictement interdit. 

UNE IMMENSE RESERVE MARINE

En 2010, David MILIBAND, Ministre des Affaires Etrangères Britanniques, annonçait la création de la plus grande réserve marine du monde dans l'océan indien. La zone de préservation est immense puisqu'elle s'étend sur 544 000 km², une superficie quasiment aussi grande que la France. Elle a pour objectif la protection d'une soixantaine d'espèces protégées qu'abrite l'archipel des Chagos. En septembre 2014, l'archipel perd son titre au profit d'une vaste zone protégée établit par les Etats-Unis dans l'océan pacifique, d'une superficie de 1,3 millions de kilomètre carré. Mais en mars 2015, le dernier mot revient de nouveau aux Britanniques qui font du Pitcairn (pacifique sud) la plus grande réserve maritime du monde. Une première place qui est déjà convoitée par les îles Australes (Polynésie). 

SOUS PAVILLON BRITANNIQUE

Territoire Britannique de l'ocean indien

Les Chagos Territoire Britannique de l'océan indien depuis 1965

Au début de Notre ère, l'archipel a vraisemblablement servi d'escale pour les navigateurs Indonésiens faisant route vers Madagascar. Par la suite, les grandes puissances coloniales européennes vont s'approprier successivement ce territoire. En 1512, Pedro Mascarenhas prend possession des Chagos au nom du Portugal. A partir du XVIIIe siècle, les Français commencent une occupation permanente. Jusqu'en 1810, Français et Anglais se disputent farouchement l'archipel. En 1814, Napoléon vaincu, les Chagos deviennent définitivement Britannique suite au traité de Paris, et intègrent la colonie des Seychelles, puis de Maurice en 1903. En 1965, l'archipel est détaché de Maurice pour devenir un territoire britannique de l'océan indien en contrepartie d'importantes subventions. Aujourd'hui, Maurice réclame la souveraineté des Chagos.

LA DEPORTATION DES CHAGOSSIENS

Maisons abandonnées sur Diego GarciaMaisons abandonnées sur Diego Garcia (Image Steve Swayne)

Au cours des années 60, se joue entre Anglais et Américains l'avenir des habitants des Chagos. Malgré l'indépendance de Maurice, l'archipel reste sous pavillon Britannique. Le but de la manoeuvre et l'établissement d'une base navale et aérienne Américaine sur l'atoll de Diego Garcia. En Décembre 1966, l'accord est signé et les Britanniques doivent organiser la déportation des habitants. De 1967 à 1973 les Chagossiens sont déportés de force ou par la ruse sur l'atoll Pedro Banhos, puis à Maurice et aux Seychelles à partir de 1973. En 1968, les personnes ayant quittées l'île pour se soigner ou pour les vacances se voient refuser le retour. L'approvisionnement en nourriture est restreint, les chiens sont empoisonnés ou tués dans des hangars. Les Chagossiens restants sont embarqués de force dans des cargos, ou ils sont traités avec un manque de considération et dans des conditions qui rappellent les heures les plus sombres de l'humanité, tout cela sur fond de racisme. Débarqués sur le port, les Chagossiens sont laissés à leur propre compte, sans argent, sans travail et sans assistance. Ces faits sont relatés par David VINE dans le Monde Diplomatique du 15 Juin 2015 "The Truth about Diego Garcia", et par John PILGER dans Newstatesman "Unpeople" du 27 novembre 2008. Malgré divers recours en justice contre le gouvernement Britannique, le retour des Chagossiens reste impossible. En 2016, s'achève le bail de Diego Garcia accordé aux Américains.

Diego Garcia

L'atoll Diego Garcia vue d'avion

La beauté de l'archipel, ses allures de paradis, sa faune exceptionnelle, et son immense reserve marine, ne peuvent occulter le drame des Chagossiens. Cette histoire est une des plus tristes de l'océan indien, mais aussi une des plus méconnues. 

 

PR

 

Si vous avez aimé l'article n'hésitez pas à le partager

océan indien