Activité cyclonique globale revue à la hausse par le CMRS de la Réunion

Alors que les premières tendances tablaient sur une saison cyclonique 2017/2018 inférieure à la normale, la réactualisation de mi-parcours publiée par le CMRS de la Réunion, révise à la hausse l'activité cyclonique globale attendue pour cette saison.

2017/2018, 5e saison la plus tardive des 33 dernières années

Avec un démarrage au 3 janvier matérialisé par le baptême de la tempête AVA, la saison cyclonique 2017/2018 du bassin sud-ouest de l'océan indien intègre le top 5 des saisons les plus tardives de ces 33 dernières années. Le CMRS indique que cette saison se classe au 5e rang des saisons les plus tardives, rappelant qu'il faut remonter à la saison 1998/1999 et le baptême de la tempête ALDA le 16 janvier 1999, pour retrouver un départ plus tardif encore.

Après un lancement retardé, la suite s'est avérée nettement plus mouvementée. L'activité cyclonique s'est littéralement emballée au mois de janvier selon les termes du CMRS, avec 4 systèmes baptisés tous ayant atteint le stade de cyclone tropical dont 2 intenses. Les terres habitées ont souffert, tout d'abord Madagascar avec AVA qui a semé la désolation sur son parcours meurtrier, et BERGUITTA provoquant des dégâts importants sur les Mascareignes en raison des fortes précipitations générées.

Les indicateurs permettant de juger le niveau d'une saison cyclonique, montrent qu'à mi-parcours, la saison cyclonique 2017/2018 est dans les temps malgré le départ tardif. De plus, avec 4 cyclones, on a déjà quasiment atteint le nombre de cyclone observé en moyenne durant toute une saison, et ce à seulement mi-parcours. Le seul mois de janvier a donc permis de rattraper le retard. Néanmoins, le CMRS indique que cet enchaînement de cyclone bien que remarquable n'est pas exceptionnel.

Une activité cyclonique globale revue à la hausse

Les tendances tablent pour une suite de saison qui devrait être similaire à ce qui a été observé jusqu'à présent. Selon le centre des cyclones de la Réunion, 3 à 5 systèmes supplémentaires (tempête ou cyclone) sont attendus pour la deuxième partie de cette saison cyclonique 2014/2018. Le niveau d'activité global est donc revu à la hausse, avec une probabilité pour une activité cyclonique proche de la moyenne passant de 40% à 60%.

Probabilité d'activité cyclonique de la saison 2017/2018 réactualisée (CMRS de la Réunion)

Probabilité d'activité cyclonique de la saison 2017/2018 réactualisée (CMRS de la Réunion)

A contrario, le scénario d'une saison inférieure à la normale envisagé en novembre dernier a perdu en consistance, cette probabilité diminuant nettement de 50% à 20%. En ce qui concerne la probabilité d'une saison supérieure à la normale, elle est légèrement révisée à la hausse, passant de 10 à 20%. Pour rappel, une saison normale correspond au baptême de 10 systèmes, qui est la valeur climatologique moyenne pour le bassin sud-ouest de l'océan indien. 

Un redémarrage vers la fin février, début mars ?

Actuellement, l'activité cyclonique enregistre une pause, sous l'effet d'une oscillation de Madden-Julian (MJO) en phase sèche, défavorisant l'activité cyclonique dans le bassin. Cette situation est prévue perdurer durant une majeure partie du mois de février.

Le redémarrage de l'activité cyclonique qui est donc lié au retour d'une phase humide du MJO, pourrait intervenir à la fin du mois de février, voire en début mars. Au niveau des trajectoires, la tendance majoritaire devrait être parabolique (déplacement ouest à sud-ouest en début de parcours, suivi d'un virage sud-ouest à sud), à l'image de ce qui a été observé durant la première partie de la saison.

PR

  • Source : CMRS de la Réunion - communiqué complet
  • Image d'illustration : cyclone tropical CEBILE le 30 janvier 2018 à 12z (RAMMB)
E-mail

bassin sud ouest

Ajouter un commentaire