5 raisons pour lesquelles MICHAEL fut un ouragan exceptionnel pour les Etats-Unis

L'ouragan MICHAEL restera pour plusieurs raisons comme étant un des cyclones les plus marquants des Etats-Unis.

Floride dévastée par l'ouragan Michael

1/ Une pression minimale extrême

L'ouragan MICHAEL aura été comme prévu un événement cyclonique  marquant de la saison des ouragans 2018. Né en mer des Caraïbes, le phénomène a d'abord impacté l'ouest de Cuba en provoquant de forte précipitation alors qu'il était encore une tempête tropicale.

Par la suite, le système en entrant au-dessus des eaux chaudes du Golfe du Mexique se renforce. Un intensification qui sera aggravée par une diminution du cisaillement d'altitude. Ce facteur environnemental aura été déterminant et explique pourquoi MICHAEL s'est creusé aussi vigoureusement avant de toucher terre.

Top 4 cyclones les plus creux à frapper les Etats-Unis

919 hPA, c'est la pression minimale au cœur de l'ouragan au moment ou celui-ci a touché terre. MICHAEL entre ainsi dans le top 4 des ouragans les plus creux à avoir atterri sur les côtes continentales américaines. Il est même plus creux que le terrible et meurtrier KATRINA (2005).

2/ Des rafales extrêmes au moment de l'impact

Ce phénomène de taille particulièrement réduite était un puissant et dangereux cyclone. Cet ouragan majeur aura ainsi été sans merci dans les zones impactées. Les dégâts et les destructions sont impressionnantes. MICHAEL a tout simplement semé la désolation sur son rapide trajet au dessus des terres américaines.

Avec un ouragan de catégorie 4, c'est la garantie de subir des conditions cycloniques dantesques. Le vent qui est un des éléments les plus représentatifs d'un cyclone sont destructeurs dès lors que l'on parle d'un catégorie 4. Ce fut le cas pour MICHAEL ou les vents ont largement dépassé les 200 km/h dans les zones directement impactées par le mur de l’œil.

Top 4 des ouragans les plus violents en termes de vents à avoir frappé les Etats-Unis

A titre d'exemple, il a été relevé 224 km/h à Tyndall et 208 km/h à Panama City selon Météo France, qui précise que de nombreux anémomètres n'ont pu fonctionner correctement en raison de destruction ou coupure électrique. MICHAEL entre dans le top 4 des ouragans les plus violents en termes de vent soutenu sur 1 min au moment de l'impact (250 km/h). 

3/ Une marée de tempête dévastatrice

Quand on parle cyclone, on pense tout de suite à pluie intense, violentes rafales et houle cyclonique. Pourtant, le phénomène le plus dangereux associé aux cyclones est ce que l'on appelle la marée de tempête ou storm surge en anglais. A l'approche d'un cyclone, le niveau de la mer monte aggravé parfois par la marée astronomique.

L'eau pénètre profondément à l'intérieur des terres provoquant des inondations pouvant être catastrophiques. C'est ce qui a rendu l'épisode cyclonique KATRINA si exceptionnel dans la mesure ou la marée de tempête associée fut terrible pour la Louisiane. C'est également ce phénomène qui causa la pire catastrophe cyclonique de l'époque moderne. En 1970, le cyclone dit de Bhola provoqua au Bangladesh la mort de près de 500 000 personnes suite à une meurtrière marée de tempête.

Mexico beach dévasté par la marée de tempête de MICHAEL ©TVAnouvelles

©tvanouvelle.ca

Quant à l'ouragan MICHAEL, il provoqua une surcôte de 2.35m à Apalachicola pulvérisant l'ancien record de 1.96 m qui datait de 2005. Les images des destructions notamment à Mexico Beach ne laissent aucun doute sur le caractère virulent qu'avait cette marée de tempête.

4/ Une première pour la Géorgie depuis 1898!

Après avoir impacté la région sud-ouest de la FLoride, l'ouragan MICHAEL a poursuivi sa route en direction du nord-est. Il a de fait traversé la Géorgie, puis la Caroline du Sud et du Nord avant de ressortir en mer au niveau du sud-est de la Virginie.

MICHAEL avait encore l'intensité d'un catégorie 3 au moment d'aborder la Géorgie. C'est la première fois depuis 1898 que cet Etat du sud des Etats-Unis fut traversé par un ouragan de cette intensité ou plus.

Son déplacement au dessus du sud-est des Etats-Unis fut relativement rapide avec une vitesse de plus de 30 km/h. Cela explique que les cumuls pluviométriques furent significatifs sans pour autant être exceptionnels selon Météo France.

5/ Jamais au mois d'octobre!

La période durant laquelle est intervenue cette épisode cyclonique est également très inhabituelle. Selon Philip Klotzbach, spécialiste des ouragans à l'Université du Colorado, jamais un cyclone d'une telle intensité, n'avait atterri sur les côtes des Etats-Unis continentaux au cours d'un mois d'octobre. 

PR

  • Source : Meteo France
  • Image d'illustration : Ginger Zee

Soyez les premiers informés dès la publication d'un nouveau guide en vous inscrivant

Je m'inscris

ouragan

Ajouter un commentaire