Cyclone batsirai emnati madagascar insecurite alimentaire

Les cyclones Batsirai et Emnati ont aggravé l'insécurité alimentaire à Madagascar

Le 08/06/2022 à 12:11 1

Dans Infos Météo & Climat

L'insécurité alimentaire dans le Grand Sud-Est de Madagascar s'est renforcée suite aux cyclones Batsirai et Emnati. Dans le même temps, plus de 61 % du territoire est affecté par la sécheresse, malgré les pluies de la saison chaude et humide 2021/2022.

Sommaire

  1. La situation alimentaire à Madagascar 4 mois après Batsirai et Emnati
  2. L'IPC ou comment lutter contre l'insécurité alimentaire
  3. Situation toujours préoccupante dans le Grande Sud de Madagascar
  4. Les conséquences de la malnutrition infantile à Madagascar

Quelle est la situation alimentaire à Madagascar 4 mois après Batsirai et Emnati

2021/2022, une saison cyclonique "horribilis" pour Madagascar. Pas moins de 6 systèmes dépressionnaires tropicaux ont impacté la Grande île au cours de la saison dernière, ce qui constitue un record. Jamais, l'île rouge n'a subi autant d'impact au cours d'une seule saison.

Entre la fin du mois de janvier et avril 2022, ces épisodes cycloniques ont fait plus de 200 victimes et affecté environ 571 000 personnes à travers le pays. Les cyclones Batsirai et Emnati auront été les plus meurtrier, faisant 136 morts à eux deux !

cyclone a madagascar batsirai emnati insécurité alimentaire

Outre les destructions et les morts, ce duo infernal a contribué à dégrader l'état de la situation alimentaire dans le Grand Sud-Est de Madagascar. Selon l'OCHA, d'avril à août, 5 des 6 districts de cette région seront en phase 3 de la classification de la sécurité alimentaire (IPC).

C'est la première fois que ce niveau d'IPC est envisagé pour le Grand Sud-Est. Habituellement, celui-ci ne dépasse pas la phase 2. Pire, l'OCHA précise qu'environ 67 000 personnes seront confrontées à des vivres d'urgence, une situation qui correspond à la phase 4 de l'IPC.

L'IPC ou comment lutter contre l'insécurité alimentaire

L'IPC est un outil d'analyse qui permet de classer la sévérité de l'insécurité alimentaire sur la base de normes scientifiques internationales. L'objectif de cette échelle est d'aider à la prise de décision en matière de sécurité alimentaire dans un contexte d'urgence pour les pays en développement et d'améliorer la coordination des interventions.

echelle ipc insécurité alimentaire

Les différentes échelles de l'IPC

3 échelles différentes pour chaque situation

Selon le manuel technique 3.1 de l'IPC, les échelles sont au nombre de 3, "insécurité alimentaire aigüe", insécurité alimentaire chronique", "malnutrition aigüe". Chaque échelle qui correspond à une situation spécifique, est associée à des réponses adaptées. En l'occurrence, la phase 3 de l'échelle "insécurité alimentaire aigüe", correspond à un niveau de sévérité "Crise".

Situation toujours préoccupante dans le Grande Sud de Madagascar

Mais Madagascar est un pays de paradoxe. Malgré une saison des pluies 2021/2022 marquée par un nombre d'événement cyclonique, très important, une partie de la Grande Île continue de connaître une situation de sécheresse préoccupante. C'est le cas notamment du Sud qui n'a pas profité des pluies apportées par les cyclones et tempêtes. À la mi-avril 2022, l'état de la végétation était inférieur de 30 à 50 % à la moyenne notamment à Betroka, Ampanihy et Betioky.

L'aide humanitaire est une nécessité absolue

Toutefois, grâce à un renforcement de l'aide humanitaire, la situation sur le front de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition aigüe s'est améliorée au cours du premier semestre 2022. Ainsi, aucun district du Grand Sud ne sera en insécurité alimentaire "d'urgence" (IPC phase 4) jusqu'à novembre 2022.

Néanmoins, la situation demeure fragile selon l'OCHA. En effet, 7 districts sur 10 restent en état de "crise" (IPC phase 3). De plus, 24 communes ont un taux de malnutrition aigüe globale d'urgence. Et l'avenir demeure particulièrement flou.

Les conséquences de la malnutrition infantile à Madagascar

Au final, l'insécurité alimentaire reste élevée avec 32 % de la population en situation de crise, voire, d'urgence. L'OCHA prévient que la situation risque de se détériorer. Le contexte d'inflation mondiale qui agit sur le pouvoir d'achat des ménages et les mauvaises récoltes sont autant de facteurs aggravant. Selon l'OCHA, pour la période, septembre-novembre, 1,95 million de Malgaches sont susceptibles d'être en insécurité alimentaire élevée (phase 3 ou supérieure de l'IPC).

Les enfants sont les premières victimes

Madagascar est un pays où la malnutrition est généralisée. Dans le Grand Sud, des millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire. Les enfants de moins de 5 ans sont les premières victimes par l'absence de nourriture ou le manque de lait maternel.

Mais plus globalement, la malnutrition infantile est un problème majeur à Madagascar. Selon l'AFD, 53 % des enfants de moins de 5 ans présentent un retard de croissance, 42 % des enfants souffrent d'insuffisance pondérale, 13 % souffrent de malnutrition aigüe.

PR

service alerte cycloneoi

INSCRIVEZ-VOUS AU SERVICE ALERTE

dans la zone Madagascar

Commentaires

  • Cyril

    1 Cyril Le 08/06/2022

    Merci pour cet article intéressant, quoiqu'inquiétant...
    Comme quoi, les informations brutes de pluviométrie ne permettent pas d'apprécier les précipitations efficaces...

Ajouter un commentaire

Anti-spam