Une saison cyclonique 2019/2020 clémente, peu active et record

28 Mai 2020 : 16h (Mascareignes)

Le centre des cyclones de la Réunion dresse le bilan de la saison cyclonique 2019/2020 du Sud-Ouest de l'océan indien. Trois mots pour qualifier cette saison : "clémente", "peu active" et "record". 

Une saison cyclonique 2019/2020 relativement clémente

Le CMRS de la Réunion qui a en charge la veille cyclonique du bassin Sud-Ouest de l'océan indien, tourne déjà la page de cette saison cyclonique 2019/2020 qui s'achèvera le 30 Juin. Le centre spécialisé cyclone, dresse le portrait robot d'une saison cyclonique qui avouons le, n'aura que très rarement passionné les foules et remis au gout du jour les trajectoires à la "moon-walk" (clin d'oeil aux amis de la page Facebook Actus Météo 974), c'est-à-dire inversée (Ouest-Est).

Carte saison cyclonique 2019 2020

Mais puisqu'il faut commencer, débutons avec le point positif de 2019/2020. Contrairement à la saison 2018/2019 marquée par une orgie de cyclone intense et une des pires catastrophes cycloniques du bassin avec le cyclone intense Idai en Afrique austral, celle qui s'achève actuellement fut relativement clémente.

Bien entendu, on n'oublie pas que Madagascar a été impacté par le cyclone Belna au Nord-Est et la tempête Francisco sur l'Est. Si on déplore des pertes en vie humaine, la Grande Île a connu pire événement cyclonique par le passé et même récemment.

D'ailleurs, disons merci à nos trajectoires en mode "moon-walk" qui ont contribué à diminuer le risque d'impact sur les terres habitées. Si un risque subsistait pour les Mascareignes, il n'en fut pas grand chose, hormis une petite frayeur pour Rodrigues avec le cyclone intense Harold, qui au final fera plus de peur que de mal.

Une saison cyclonique 2019/2020 peu active !

En tout, 10 systèmes ont été baptisés, ce qui est rigoureusement dans la moyenne climatologique pour le Sud-Ouest océan indien (en moyenne 9 à 10 par saison). Sauf qu'en regardant les statistiques dans les détails, on va s'apercevoir que cette saison fut en réalité peu active. L'indicateur qui permet d'évaluer le niveau d'activité de manière plus objective est l'indice ACE. Il va révéler pour nous la vraie nature de cette saison.

C'est quoi encore cette histoire d'indice ACE vous me direz ? Il s'agit de l'énergie cyclonique accumulé, qui se détermine en additionnant la vitesse au carré des vents maximaux d'un système tout au long de sa vie. Cet indice qui est peu connu du grand public dans l'océan indien, est plus représentative que le nombre de système par saison.

Indice ace saison cyclonique 2019 2020

En noir, l'évolution de l'indice ACE de la saison cyclonique 2019/2020

La saison cyclonique 2019/2020 affiche un indice ACE final inférieur à 50. Elle se situe donc dans la zone correspond à une saison peu active. Pour info, il faut que l'indice se situe entre 50 et 75 pour que la saison soit considérée proche de la normale.

Sans Herold et Irondro, 2019/2020 aurait été une saison exceptionnellement peu active. Cela s'explique par le grand nombre de système à durée de vie courte et de faible intensité durant le coeur de saison (Février/Mars). 

Des records à la clé malgré tout

En arrivant à cette partie de ce bilan, vous êtes certainement en train de vous dire que cette saison cyclonique 2019/2020 est à jeter aux oubliettes. Pourtant, quelques faits inhabituels ont été observés. Avant que l'activité patine à partir du mois de Janvier, le mois de Décembre fut plus que prometteur. Après un démarrage tardif, Ambali et Belna lance la saison en canon.

Le premier aura une durée de vie aussi courte qu'explosive. Mal appréhendé par les modèles de prévisions numérique, ce système midget d'école (taille extrêmement réduite), nous gratifiera d'une intensification foudroyante, passant du stade de modeste tempête à cyclone très intense en quasiment 24h. C'est tout simplement le record d'intensification à l'échelle de tout l'hémisphère Sud.

Enfin, Belna est aussi un système marquant de l'histoire cyclonique du bassin en raison de son impact sur les terres habitées. C'est le premier cyclone tropical a directement impacté l’archipel des Cosmoledo depuis le début de l'ère satellitaire (1967). Belna est également devenu le premier cyclone à frapper Madagascar aussi tôt dans la saison. Cette situation s'explique par une zone d'activité anormalement positionnée très à l'Ouest en début de saison. 

Finalement, en grattant un peu, on arrive à trouver quelques points d'intérêts à cette saison cyclonique 2019/2020.

PR

Source : Bilan saison 2019/2020 - CMRS de la Réunion

Inscrivez-vous, si vous souhaitez être alertés par mail en cas de risque de cyclogenèse ou du déclenchement d'une alerte cyclonique dans l'océan indien. C'est gratuit !

Je m'inscris

bassin sud ouest

Ajouter un commentaire