J'avais 16 ans quand j'ai vécu le cyclone FIRINGA à la Réunion

Voici le témoignage de Mitch qui nous raconte sa terrifiante expérience du cyclone tropical FIRINGA en 1989 à l'île de la Réunion.

Cyclone firinga 1989

Un 29 Janvier 1989 inoubliable!

"Nous étions le matin du 29 janvier 1989 et j'habitais à Saint-Benoît (Est de la Réunion). J'avais 16 ans à cette époque. Ce matin là, nous avions appris qu'un cyclone s'approchait de la Réunion. Vers 08h30-09h00, nous observâmes les oiseaux qui se dirigeaient vers la montagne pour chercher refuge.

Vers 10h, le vent a commencé a bien souffler. Nous avons eu la peur de notre vie car moi, mes Frères ainsi que ma Mère vivions dans une case en bois sous tôle. Nous regardions les toits des voisins s'envoler sous la force du vent, alors que le notre commença également à bouger. Tout à coup, un bruit sourd retentit. C'était le gros et vieux manguier en face de notre cour qui s'était briser en deux. Heureusement pour nous, l'arbre n'était pas tombé sur notre maison. Mais c'était vraiment effrayant! 

Puis, une accalmie, le calme plat avec un ciel redevenu bleu. Nous étions dans l’œil du cyclone. Mais le temps recommença ensuite à se dégrader avec à nouveaux des rafales qui reprirent de plus belle. FIRINGA est à jamais gravé dans ma mémoire et restera le cyclone le plus puissant que j'ai connu a ce jour".

Un cyclone marquant de la Réunion

Le cyclone FIRINGA aura durablement marqué la Réunion. C'est un cyclone mature et au pic de son intensité qui traverse l'île d'est en ouest le 29 Janvier 1989. Le phénomène provoque des conditions cycloniques comme rarement les réunionnais en avaient vécu. Dans le sud du département, Météo France estime que les rafales ont avoisiné les 240 km/h. Certains iront jusqu'à comparer FIRINGA au cyclone de Janvier 1948.

4 morts sont à déplorer et les dégâts sont incommensurables. Le réseau routier est fortement endommagé, l'agriculture est sinistré alors que le réseau d'alimentation en eau potable est fortement dégradé. Les stations de la Plaine des Cafres et de Saint-Pierre mesurent des rafales de 216 km/h qui est en fait la limite mesurable des instruments de l’époque selon Météo France. La pression minimale mesurée fut de 962 hPa au Port.

PR

Merci à Mitch Pit (qui a souhaité utilisé un pseudo) pour son témoignage.

Source image : Firinga.com

Vous avez vécu un cyclone qui vous a marqué? Partagez avec nous cette expérience

MON TEMOIGNAGE

témoignages

Ajouter un commentaire