Les satellites détectent de nombreux incendies à Madagascar

Madagascar victime de la culture sur brûlis, c'est ce que montre les satellites américains haute résolution TERRA et AQUA. Ces satellites ne se contentent pas uniquement de photographier les nuages, ils sont également équipés d'instruments capables de détecter les incendies au sol depuis l'espace.

Des incendies détectés depuis l'espace

La Grande Île parsemé de points rouges. C'est ce que montrent les images des satellites en haute résolution TERRA et AQUA. Chaque point est un incendie détecté par les satellites, dont les images sont accessibles via le site EOSDIS Worldview de la NASA.

Ces satellites sont équipés d'une série d'instruments d'observation scientifique appelée Moderate-Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS). Parmi ces instruments, le MODIS Thermal Anomalies/Fire permet la localisation des incendies, lorsque la force du feu est suffisante pour être détectée.

Incendies et fumées sur le centre de Madagascar ©NASA

©NASA

L'image ci-dessus a été capturée en date du jeudi 9 août 2018. Elle montre plusieurs incendies et les nombreuses fumées associées dans le centre de Madagascar. Ceux-ci sont très probablement et majoritairement des incendies volontaires, issus d'une technique de culture appelée "brûlis".

Une technique dangereuse pour l'environnement

La culture sur brûlis est une technique agricole primitive, utilisant le feu comme moyen de création du champ. Ainsi, le brûlis est utilisé comme moyen de défrichement et de fertilisation. Cette technique est appelée "tavy" à Madagascar.

Incendie à Madagascar sur la RN4 ©cycloneoi.com

©CYCLONEOI.COM

L'image ci-dessus a été prise toujours en date du jeudi 9 août 2018 sur la RN4 qui relie la capitale Tananarive et la ville de Majunga, située sur la côte nord-ouest de la Grande Île, face au canal du Mozambique. Elle confirme de visu, les données des satellites TERRA et AQUA.

Le feu, parfois violent, attisé par le vent, dévore des hectares et des hectares de terrain. Tout le long de cette route, de nombreuses et vastes zones sont totalement calcinées, tandis qu'une épaisse fumée voile le ciel.

Brûler pour survivre

Si cette technique permet de tirer parti de la fertilité des sols forestiers, elle n'est en revanche pas sans conséquence. Cette pratique ancestrale a un impact profond sur l'environnement. Elle participe à l'accélération de la déforestation de Madagascar, qui est pourtant un pays déjà victime de problèmes de déboisement et d’exploitation illicite des bois.

Par cette technique du tavy, la végétation aura été brûlée pour permettre notamment la culture du maïs durant une ou deux saisons. Après cette courte période d'exploitation, la terre fertile est emportée par l’eau de pluie vers les cours d’eau et la forêt n'est plus en mesure de repousser

Voiture et maison brûlé par l'incendie sur brûlis ©CYCLONEOI.COM

Voiture et maison brûlées par l'incendie du brûlis ©CYCLONEOI.COM

Malgré les conséquences néfastes sur l'environnement et une législation forestière censée contraindre cette technique, rien ne semble empêcher les paysans de continuer à pratiquer le tavy. Dans un pays fortement frappé par la pauvreté, c'est en effet le seul moyen dont ces gens disposent pour survivre.

Brûler les sols, contribuer à la déforestation et à la disparition des terres fertiles pour survivre, c'est le terrible dilemme des paysans malgaches.

PR

Madagascar

Ajouter un commentaire