MEDIA SOCIAL SPECIALISE SUR LES CYCLONES ET LES EVENEMENTS METEOROLOGIQUES DANS L'OCEAN INDIEN ET LE MONDE

Carte ancienne reunion maurice rodrigue

De Dina Morgabine à l'île de la Réunion

C'est reparti pour nos articles concernant l'océan indien. Aujourd'hui on vous pose une colle. Savez-vous combien de fois l'île de la Réunion a changé de nom? Au cours de son histoire, sa dénomination a de nombreuses fois évolué, au gré de sa découverte, de la révolution française ou des guerres napoléoniennes.

L'île intense

L'île de la Réunion est une île volcanique de l'océan indien, d'une superficie de 2512 km² et comptant 835 103 habitants en 2013. Située à environ 800 km à l'est de Madagascar, elle fait partie avec l'île Maurice et l'île Rodrigues de l'archipel des Mascareignes. Celle qu'on appelle l'"île intense", bénéficie d'un climat tropical qui la permet de vivre toute l'année dans des conditions climatique agréables. La Réunion c'est aussi une diversité à tous les niveaux. D'abord, c'est une diversité de paysages. On passe rapidement d'un décor typiquement tropical avec plage, cocotier ou palmier, à un décor faisant penser au coeur de la Suisse sur les hauteurs de l'île. Et lorsque vous visitez son volcan - le très actif Piton de la Fournaise - vous avez l'impression d'atterrir sur la Planète Mars. C'est aussi une diversité climatique. Son relief marqué a pour conséquence de générer de nombreux micro climat. Il peut pleuvoir à torrent sur un coin de l'île et faire soleil à quelques pâtés de maisons de là. Sur les régions littorales, les températures sont conformes au domaine tropical. Par contre, dans les hauts de l'île, les températures peuvent être particulièrement rudes voir négatives en hiver. Et puis, la diversité en termes de population. Elle a été façonnée tout au long de son histoire par les apports successifs venant d'Afrique, d'Europe, d'Inde ou d'Asie. Il en résulte un fort métissage. Le maloya est un des symboles de ce que le mélange naturel qui s'est opéré sur l'île à pu donner comme résultat. Ce mélange on le retrouve partout, dans les couleurs de peaux, dans les visages, dans la langue avec le créole, dans la nourriture ou dans la musique.

De Dina Morgabine à Santa Appolonia

Parmi les premiers à avoir découvert l'île de la Réunion, il y a les navigateurs Arabes. Une carte dressée par des géographes arabes datant de 1153 fait mention des Mascareignes, la Réunion s'appelant Dina Morgabine (île de l'ouest), Maurice Dina Arobi (île abandonnée) et Rodrigues Dina Moraze (île de l'est). En 1494, avec le traité de Tordesillas, le Pape partage le monde en deux, l'ouest pour l'Espagne et l'Est pour les Portugais. Ces derniers sont bien décidés de s'emparer de sa moitié du globe. C'est ainsi que plusieurs navigateurs portugais vont ouvrir la route vers l'océan indien avec pour objectif les Indes. Dans leurs périples, ils découvrirent la Réunion qu'ils nommeront Santa Appolonia. L'identité du navigateur portugais qui aurait découvert l'île n'est pas certaine et plusieurs noms circulent (Tristan de Cunha ou Diego Fernandes Pereira ou Diego Lopes de Segueira ou Pedro Mascarenhas). Seule certitude, l'île a été abordée le 9 février 1507 le jour de la Sainte Appoline. 

England Forest ou Pearl Island

Au début du XVIIe siècle, les Anglais se font plus présent dans l'océan indien. La aussi, plusieurs sources sont discordantes, mais il semblerait que l'île ait pris le nom d'England Forest ou Pearl Island. Certains parlent d'un nom donné par le Forban Blackwelle, tandis que d'autres font mention du navigateur Castleton qui aurait débarqué sur l'île en provenance de Ceylan, à bord de son navire le Pearl Island. Les hollandais qui utilisent des cartes de navigation portugaises se contentent quant à eux d'appeler l'île Maskarenas. Il est à noter que pour l'instant, personne ne semble intéresser par l'idée de prendre possession de Santa Appolonia, en raison des difficultés d'accoster sur cette île. Les navigateurs préfèrent l'île Maurice, plus érodée et plus facile d'accès.

De Santa Appolonia à île de la Réunion

Si Allonse Goubert commandant du Saint Alexis avait déjà pris possession de l'île en 1638, c'est le gouverneur de Madagascar, Jacques de Pronis, qui en 1642, prend la possession de l'île au nom de Louis XIII et qu'il nommera Mascarin. Finalement, en 1649, Étienne de Flacourt et le capitaine du Saint-Laurent, Roger Lebourg, vont une nouvelle fois prendre possession de l'île, cette fois-ci au nom du Roi Louis XIV. Elle sera baptisée île Bourbon, du nom de la dynastie royale régnante.

Des guerres Napoléoniennes à l'abolition de l'esclavage

Les troubles qui secouent la France à la fin du XVIIIe siècle annoncent des changements. En 1793, en souvenir de la réunion des Marseillais et de plusieurs bataillons de la Garde nationale lors de l'assaut du palais des Tuileries durant la révolution Française, Bourbon devient l'île de la Réunion. Ce nom elle le gardera brièvement, puisqu'en 1806, elle devient île Bonaparte, en l'honneur de l'empereur Napoléon Ier. Le contexte des guerres napoléoniennes fait que Français et Anglais sont engagés dans une guerre mondiale à travers tous les océans du monde en ce début XIXe. Lors de la "campagne de l'île Maurice" menée par la royale Navy de 1809 à 1811 dans l'océan indien, l'île Bonaparte est envahie par les Anglais en juillet 1810. Sous cette occupation, elle prend le nom d'isle of Bourbon. A la chute de Napoléon, celle-ci est rétrocédée au Français suite au traité de Paris et redevient île Bourbon en 1815. Ce nom, elle le gardera jusqu'en 1848, année de l'abolition de l'esclavage. Elle reprendra définitivement le nom d'île de la Réunion, un nom qui la va si bien aujourd'hui.

PR

source :

Signaler une faute

océan indien

Ajouter un commentaire