07032017

Top 5 des faits marquants de 2017 dans l'océan indien

L'année 2017 va bientôt tirer sa révérence. Comme à chaque fin d'année, nous vous proposons notre top 5 des événements cycloniques ou météorologiques de l'océan indien qui nous ont marqué en 2017. Autant vous dire que nous n'avions pas beaucoup de choix cette année.

5 - Hiver Austral le plus chaud depuis 50 ans à la Réunion

Alors que l'hiver austral 2016 avait été particulièrement froid, 2017 fut totalement à l'opposé. Selon Météo France Océan Indien, l'hiver austral 2017 a été le plus chaud observé depuis 50 ans à la Réunion. Avec une température moyenne supérieure de +1.1°C, l'hiver austral 2017 bat le précédent record détenu par 2015 avec +0.9°C. A noter également, que cette fois-ci, les précipitations ont été excédentaires de +25% sur l'île durant cet hiver, ce qui est suffisamment rare pour être souligné.

Cet hiver agréable et doux aura par contre une conséquence inattendue pour les Réunionnais. En raison d'une chaleur inhabituelle durant l'hiver, la production de létchi se voit amputer de 80%. La saison des létchis 2017 est qualifiée non pas de mauvaise, mais de carrément "pitoyable" selon Henri Payet, Directeur d'usine de production rapporté par le site d'information local clicanoo. 

Il n'a pas fait assez froid et dans la durée pour stresser les pieds de letchis, qui visiblement ont besoin de ce changement de température, se désole Vincent Sablé, exploitant à Saint-Benoit. Voilà un exemple concret des conséquences que peut engendrer une situation climatique pas tout à fait normale.

Letchis

4 - La tempête Tropicale CARLOS tutoie les îles soeurs

Le début de la saison cyclonique 2016/2017 a été très atypique. Il y a d'abord un démarrage ultra précoce avec la Forte Tempête Tropicale ABELA au mois de juillet suivi de la Dépression Subtropicale BRANSBY en octobre. Puis, plus rien jusqu'au du mois de Février 2017 et la cyclogenèse aboutissant enfin sur une Tempête Tropicale. Elle s'appelle CARLOS, et va pendant plusieurs jours tenir en haleine l'attention des Réunionnais et Mauriciens.

Après s'être formée au nord des îles soeurs, la Tempête transitera à proximité de Maurice puis de la Réunion à une intensité bien trop faiblarde pour provoquer des conditions cycloniques. Au final plus de peur que de mal. CARLOS parvient tout de même à atteindre le stade de Cyclone Tropical mais à une distance suffisamment lointaine des Mascareignes. CARLOS signe le début de la fin d'une période anormalement sèche qui a touché quasiment l'ensemble des îles du sud-ouest de l'océan indien.

Les précipitations bénéfiques apportées par le système et le peu d'impact fort font que CARLOS entre dans la catégorie des tempêtes qu'on qualifiera de "gentille".

3 - Cyclone Tropical OCKHI

La saison cyclonique 2017 dans l'océan indien nord sera relativement anecdotique jusqu'à ce que ça décide à se bouger vers la fin du mois de novembre. Silencieux depuis la tempête MORA en mai, le bassin se réveille avec OCKHI qui va d'abord provoquer de fortes pluies sur le Sri Lanka et le sud de l'Inde. Par la suite, le système pénètre en Mer d'Arabie devenant le premier système dépressionnaire tropical à évoluer dans cette zone depuis l'exceptionnel cyclone MEGH en novembre 2015.

Comme prévu, OCKHI va atteindre le stade de cyclone tropical tout en évoluant en mer d'Arabie. Le cyclone a profité d'une région ou la température de la surface de l'océan était particulièrement favorable (29 à 30°C) pour se renforcer, aidé également par de bonnes conditions en altitude. Troisième système baptisé de la saison cyclonique 2017 de l'océan indien nord, OCKHI est le premier à atteindre le stade de cyclone tropical.

A noter que des opérations de sauvetage avaient été lancées conjointement par la marine indienne, l'armée de l'air et les gardes côtes dans les districts méridionaux du Kerala et du Tamil Nadu, pour retrouver des pêcheurs. OCKHI a provoqué la mort d'une centaine de personnes dans les régions concernées directement ou indirectement.

2 - Le Cyclone DINEO frappe le Mozambique

PEu après CARLOS, l'activité cyclone va enchaîner avec une nouvelle cyclogénèse cette fois-ci dans le Canal du Mozambique. Depuis la Tempête FUNDI en février 2015, le Canal était resté silencieux. Le réveil va s'avérer brutal. Le 12 février 2017, un minimum commence à se creuser au centre du Canal du Mozambique. Le lendemain le critère du baptême est atteint, DINEO voit officiellement le jour. Le mardi 14, le système atteint le stade de Forte Tempête alors que les prévisions de trajectoire sont défavorables pour le Mozambique.

Finalement, dans la nuit du mardi au mercredi, DINEO frappe les côtes du Mozambique au niveau de la province d'Inhambane. Peu avant de toucher terre, le météore avait réussi à atteindre in-extremis le stade de cyclone tropical. C'est le premier impact sévère de la saison 2016/2017 pour une zone habitée du bassin sud-ouest de l'océan indien. Des rafales de l'ordre de 160 km/h ont soufflé sur la zone impactée, alors que les zones côtières ont été sérieusement secouées par la houle cyclonique.

C'est l'impact cyclonique le plus sévère depuis le cyclone tropical intense FAVIO en 2017 pour cette province Mozambicaine.

1 - Madagascar balayé par le Cyclone Tropical Intense ENAWO

C'est "THE" épisode cyclonique de la saison 2016/2017. Après le cyclone DINEO sur le Mozambique, c'est au tour de Madagascar de rappeler que ce pays est une des régions au monde les plus impactées par les cyclones. Jusque là épargné, alors que les Mascareignes ainsi que le Mozambique avaient déjà eu leur part, Madagascar va subir le système le plus puissant de la saison. C'est durant la première quinzaine de mars 2017 que tout va se jouer.

Parfaitement anticipé par les modèles de prévisions numériques, les premières simulations vont d'abord proposer un scénario catastrophe pour les Mascareignes. Finalement, les prévisions vont progressivement évoluer jusqu'à présenter une menace directe pour la Grande Île. Le 7 mars, ENAWO qui a atteint le stade de cyclone tropical intense frappe les côtes nord-est de Madagascar. Le point d'impact se situe à équidistance d'Antalaha et Sambava.

C'est l'impact cyclonique le plus violent à Madagascar depuis le cyclone tropical très intense GAFILO en 2004. Le bilan humain faisait état de plus de 80 morts. Le cyclone a ensuite continuer sa route en traversant l'île du nord au sud, provoquant de fortes pluies générant des inondations majeures à travers tout le pays. La région nord-est de Madagascar fut particulièrement sinistré.

PR

  • Source : CMRS de la Réunion / Météo Madagascar / IMD / Eumetsat
  • Image d'illustration : Cyclone ENAWO - Kobus Botha
E-mail

temps forts

Ajouter un commentaire