Bondo

Les cyclones du mois de décembre dans l'océan indien sud-ouest

Le mois de décembre représente la fin de l'intersaison débutée au mois de septembre dans l'hémisphère sud. C'est également au cours de ce mois, qu'on assiste généralement à une forme de montée en puissance de l'activité cyclonique et une augmentation du risque cyclonique pour les populations du bassin sud-ouest.

Les cyclones les plus puissants de décembre

Au cours des 40 dernières années, le nombre de système ayant été baptisé au cours du mois de décembre dans le bassin sud-ouest de l'océan indien est relativement important. Les conditions environnementales sont de plus en plus propices à la cyclogenèse. Le retour de la mousson, combinée à une baisse du cisaillement, peut même conduire à des phénomènes significatifs.

Pour illustrer cette montée en puissance, il suffit de recenser les cyclones tropicaux très intenses (CTTI), qui sont les systèmes dépressionnaires tropicaux situés au sommet de l'échelle d'intensité dans le bassin sud-ouest de l'océan indien. Selon les données de Météo France, au cours des 40 dernières années, un seul CTTI fut observé en novembre (AGNIELLE), contre 3 en décembre. Il s'agissait des CTTI BRUCE (2013/14), ALIBERA (1989/90) et ANDRY (1983/84).

Au cours des 20 dernières saisons cycloniques, 23 systèmes ont été baptisés durant le mois de décembre. Sur ces 23 systèmes, 13 ont au moins atteint le stade de cyclone tropical, et sur ces 13 cyclones tropicaux on compte 6 cyclones intenses (KATE, AMARA, BEJISA, CLAUDIA, CLEO, et BONDO) et 1 cyclones très intenses (BRUCE).

Des saisons 1998/1999 à 2016/2017, nous recensons 3 saisons qui n'ont pas vu de système baptisé au cours du mois de décembre (1998/1999, 2000/2001 et 2016/2017). A noter que ces 3 saisons sont associées à chaque fois à une activité en dessous de la moyenne. Attention, une absence de baptême durant le mois de décembre ne veut pas forcément dire que la saison cyclonique sera moins active. 

Risque cyclonique au cours du mois de décembre

Si l'activité cyclonique monte en puissance durant le mois de décembre, il en est de même pour le risque cyclonique sur les zones habitées du bassin sud-ouest de l'océan indien. Pratiquement toutes les terres habitées du bassin ont déjà été impactées directement ou indirectement durant le mois de décembre au cours des 40 dernières années. En cette période de l'année, l'isotherme 26.5°C, a déjà englobé toutes les îles du bassin y compris les Mascareignes. A partir de là, plus personne n'est protégé, en théorie.

Les Mascareignes

La dernière menace sérieuse pour une des îles habitées des Mascareignes fut le cyclone tropical intense AMARA, qui passa à proximité immédiate des côtes Est de Rodrigues le 21 décembre 2013. A la faveur d'un changement de cap salvateur, l'île évita de justesse des conditions cycloniques qui auraient pu être terribles, étant donné l'intensité du phénomène au moment du passage au plus près. De plus, Rodrigues s'est retrouvée dans le demi cercle le moins dangereux. L'île Maurice fut quant à elle visitée 4 fois depuis la saison 1978/1979 au cours du mois de décembre, ce qui n'est pas rien. Si les effets du cyclone CRYSTAL furent limitées en décembre 2002, les choses ont été nettement plus compliquées avec les cyclones DANIELLA le 08 décembre 1996 et BAKOLY le 25 décembre 1983. Mais le pire est incontestablement CLAUDETTE, qui frappa avec violence le 22 décembre 1979 et marqua a tout jamais les Mauriciens. La Réunion est la plus chanceuse des trois, dans la mesure ou elle n'a eu affaire qu'a DANIELLA en 1996. Et encore, l'impact fut limité puisque le cyclone après avoir été une menace sérieuse pour l'île, changea de cap in-extremis pour finalement intéresser plus directement Maurice. 

Agalega et Madagascar

Si nous avons mis ces deux territoires ensembles, c'est que leurs destins cycloniques ont souvent été liés durant le mois de décembre. Tous les deux ont eu à subir le cyclones tropical intense BONDO et le cyclone tropical très intense ANDRY. C'est deux monstres de puissance ont suivi une trajectoire en début de parcours de type zonale (ouest) en restant quasiment sur la même latitude. Résultat, Agalega était frappée en première, puis Madagascar. Agalega fut totalement sinistrée par ANDRY, le pire cyclone depuis DANAE qui lui aussi (hasard de l'histoire) avait impacté Agalega puis Madagascar.

Zone canal du Mozambique

Du côté de l'archipel des Comores, le risque est nettement moins important mais pas inexistant. Les cyclones ANDRY et BONDO après avoir balayé Agalega et Madagascar, ont également donné des sueurs froides à Mayotte notamment. Quant au Mozambique, ce pays d'Afrique Australe a été impacté 4 fois au cours de ces 40 dernières années en décembre (DELFINA 2002, BENEDICTE 1981, BETTINA 1980 et ANGELE 1978).

Décembre 2013

De tous les mois de décembre que nous avons recensé depuis la saison 1976/1977, décembre 2013 est de notre point de vue le plus remarquable. Pour rappel, le début de saison semblait patiner. A part une tempête tropicale modérée (non baptisée) en octobre, il n'y avait rien à se mettre sous la dent alors que l'on approchait la mi-décembre. Pourtant, à partir du 15 décembre, l'océan indien sud va connaître un coup de boost exceptionnel.

Deux cyclogenèses vont aboutir pour donner le cyclone tropical intense AMARA et le cyclone tropical très intense BRUCE. Ces deux systèmes d'intensités majeurs vont évoluer simultanément dans le bassin. Qu'un CTI et un CTTI évoluent durant un mois de décembre est déjà arrivé, lors de la saison 1982/1983 (CTTI ANDRY et CTI BAKOLY). Mais qu'un CTI et un CTTI évoluent en même temps dans le bassin, cela ne s'était jamais produit au cours des 40 dernières années.

Puis, à la fin du mois de décembre 2013, l'exceptionnel épisode AMARA/BRUCE à peine terminé, voilà déjà qu'une nouvelle cyclogenèse se déclare, avec en fin de processus, le baptême de la tempête tropicale modérée BEJISA le 27 décembre. Vous connaissez surement la suite de l'histoire.

 

Décembre 2017?

Cette saison cyclonique 2017/2018 n'a toujours pas débuté dans le bassin sud-ouest de l'océan indien, contrairement à la partie sud-est qui a déjà vu deux systèmes baptisés. Actuellement, le potentiel de formation d'une tempête est à priori faible selon Météo France. Déjà, le mois de décembre 2016 avait été vierge de baptême, à la différence que la saison dernière avait déjà débuté depuis le mois de juillet 2016 avec la forte tempête ABELA et la dépression subtropicale BRANSBY en octobre. Pour retrouver une saison sans baptême avant la fin de d'année, il faut remonter à la saison 2000/2001. A cette époque le premier système de la saison fut baptisé le 02 janvier 2001, et c'était ANDO.

PR

  • Source : CMRS de la Réunion / Météo France Océan Indien / Service Météorologique de la Réunion)
  • Image d'illustration : Cyclone Tropical Intense BONDO (Eumetsat)

flashback