MEDIA SOCIAL SPECIALISE SUR LES CYCLONES TROPICAUX ET LES ALEAS METEO DANS L'OCEAN INDIEN

 

Dina page

Il y a 15 ans DINA balayait l'île Maurice et la Réunion

Il y a 15 ans, les îles soeurs subissaient les assauts du puissant cyclone DINA. Ce météore par l'ampleur des dégâts provoqués et par les conditions cycloniques générées fait partie des cyclones marquants de l'histoire de Maurice et de la Réunion. Retour sur cet épisode.

Des débuts explosifs

L'histoire de DINA commence dans le secteur des Chagos (c'est souvent le cas pour les systèmes dépressionnaire tropicaux du bassin sud-ouest de l'océan indien). Les débuts de DINA sont explosifs. Encore Perturbation Tropicale dans la nuit du 16 au 17 janvier 2002, le système connait une intensification rapide au point d'atteindre dès l'après-midi du 17 le stade de Tempête Modérée. Comme l'indique Météo France, DINA brûle toutes les étapes et devient Cyclone Tropical dès le lendemain en milieu de journée. Alors qu'il faut en moyenne 5 jours pour atteindre ce stade, DINA l'a fait en 2 jours! Depuis sa cyclogenèse, DINA est pressé, se déplaçant rapidement vers le sud-ouest parfois jusqu'à 40 km/h. Le 19, le système ralentit tout en maintenant le même cap. Sur cette trajectoire, Rodrigues est sous la menace directe du phénomène. Après une pause, DINA connaît une nouvelle phase d'intensification jusqu'à atteindre le stade de Cyclone Intense de niveau supérieur. Le cyclone atteint son maximum d'intensité le 20 janvier générant des rafales de l'ordre de 300 km/h. Dans le même temps, suite à la reconstitution des hautes pressions subtropicales, DINA met le cap vers l'ouest sud-ouest épargnant Rodrigues qui évite de peu le coeur du puissant cyclone. On déplore tout même sur l'île la disparition de 5 pêcheurs.

Animation CTI Dina (firinga.com)

Maurice et la Réunion dans la tourmente

En épargnant Rodrigues, DINA jette son dévolu sur les Grandes Mascareignes. Les prévisions de trajectoire de l'époque montrent que les îles soeurs vont très certainement être concernées par le cyclone. Dans la nuit du 20 au 21 janvier, DINA opère ce qu'on appelle un cycle de remplacement de l'oeil, ce qui a pour conséquence d'affaiblir le phénomène. Néanmoins, cet affaiblissement sera léger, et DINA reste un cyclone intense particulièrement dangereux au moment d'aborder Maurice. Le 21 à 13h, l'alerte 3 est activée, il ne fait plus de doute que l'île sera concernée par le cyclone et dans le même temps l'alerte orange est déclenchée à la Réunion. A 21h30, Maurice est en alerte cyclonique maximale. L'oeil de DINA transite alors au nord de l'île dans la nuit du 21 au 22 janvier, à une distance de seulement 65 km de la pointe nord de l'île. L'impact est rude, de fortes pluies accompagnées de vent violent plongent les Mauriciens dans une nuit d'angoisse. La plus forte rafale fut enregistrée au Morne Brabant (sud-ouest de Maurice) avec 228 km/h. 4 personnes sont décédées et les dégâts matériels sont importants. Par la suite, DINA poursuit son périple destructeur en s'en prenant à présent à la Réunion qui est en alerte rouge le 22 janvier à 8h. Dans la matinée, le cyclone prend un cap potentiellement catastrophique pour l'île dans la mesure ou la zone des vents les plus violents impacterait la Réunion. Finalement, à la faveur d'une trajectoire qui s'est redressée in-extremis vers l'ouest, DINA passera finalement la aussi à 65 km du secteur nord-ouest de l'île intense en fin de journée. Cependant, l'impact du cyclone sur la Réunion est plus fort qu'à Maurice en raison d'un relief plus marqué. Selon Météo France, les rafales ont atteint ou dépassé les 180 km/h sur les côtes nord, nord-ouest et sud-ouest. Sur les hauteurs elles ont localement atteint les 200 km/h voir dépassé les 250 km/h sur les hauteurs les plus exposées (notamment nord-ouest). Les dégâts sont énormes et se chiffrent à plusieurs centaines de millions d'Euros. Malgré la violence de l'épisode cyclonique, on ne dénombre aucune victime directe liée au passage du cyclone sur l'île.

Un cyclone mémorable

Pour Maurice, DINA a ravivé les douloureux souvenirs du cyclone HOLLANDA (1994). Pour la Réunion, il faut remonter au cyclone FIRINGA (1989) pour retrouver un épisode cyclonique aussi violent. Plusieurs phénomènes ont concerné les îles soeurs depuis 2002, mais aucun n'ont jusqu'à présent rivalisé avec DINA, que ce soit en terme d'intensité ou en terme de conditions cycloniques provoquées. Cela fait donc 15 ans, que les Grandes Mascareignes n'ont plus connu d'épisode cyclonique aussi intense. Attention donc à la piqûre de rappelle...

PR

Source : Météo France Océan Indien / JTWC / Firinga.com

flashback

Commentaires

  • patrabeson
    Merci pour ce formidable récit
  • Florent
    • 2. Florent Le 21/01/2017
    Bonsoir, pour moi Dina reste un cyclone extrêmement marquant. Etant depuis tout jeune passionné par la météorologie, et notamment les cyclones, j'attendais donc avec impatience de vivre mon premier "vrai cyclone". J'avais vécu Colina et Hollanda mais j'étais trop jeune pour prendre pleinement la mesure des éléments. Puis j'ai connu les Daniella, Davina, Connie et Eline mais ils m'avaient laissé un goût de "pas assez" (pour le passionné que je suis).
    Puis arriva janvier 2002, à la cyclogenèse de Dina je n'y croyais pas trop à force de voir des systèmes qui finissaient par passer à bonne distance de l'île, mais lorsque l'alerte orange fut déclenché je me suis dis peut être que cette fois sa sera le bon. Habitant à l'époque à Saint-Louis, dans l'après midi du 21 le vent soufflait déjà vigoureusement avec un temps bien gris, la nuit du 21 je m'endormis très tard (je voulais faire une veille cyclonique mais le sommeil eu raison de moi) avec comme berceuse les rafales de vent et la pluie qui étaient bien présentes mais encore raisonnables. Au matin du 22 la pluie tombait en continue et les rafales étaient toujours bien présentes mais modérées. Je décidais donc à 7h d'aller chez ma tante (qui habitait dans la même ruelle que moi mais en bordure de ravine) pour retrouver mes cousins et finalement le temps de discuter de tout et de rien le vent était devenu si fort qu'il ne m'était plus possible de sortir pour rentrer chez moi. C'est donc ainsi que je fut amené à vivre cette journée cyclonique chez ma tante. Au cours de la matinée le vent et la pluie n'eurent de cesse de se renforcer. Ma famille ayant été sceptique sur la véracité du "danger Dina" ne s'était pas préparer convenablement. Moi et ma cousine on a du sortir de la maison pour aller chercher des clous dans l'abris de jardin pour clouter des planches afin de protéger une fenêtre. Lors de cette sortie hors de la maison la pluie et le vent étaient si forts qu'on avait l'impression qu'on nous lançait des gravillons dessus.
    En fin de matinée j'étais dans la cuisine avec ma cousine lorsqu'une violente rafale souleva la poutre de bois à laquelle était clouté la tôle, on eut très peur car on était juste dessous. De plus c'était impressionnant car le vent avait carrément arraché la poutre du béton avant de la laisser retomber au même endroit. A ce moment la famille pris conscience, je pense, que Dina n'allait pas être "un pétard mouillé". On se réfugiât dans les autres pièces de la maison. A mesure que les heures passaient le vent devenait violent, dans l'après midi on avait ouvert une fenêtre (c'était inconscient mais bon cette fenêtre n'était pas "plein vent") et le spectacle était vraiment incroyable. Les gros pieds de mangues étaient secoués comme si c'était des arbrisseaux, les cocotiers pliaient comme s'ils allaient se rompre. De plus un poteau électrique en béton situé en face de la maison semblait trembler, voir bouger (mais peut être était-ce qu'une impression), en tout cas je n'avais jamais vu le vent souffler avec une telle violence. En jetant un oeil dans la cuisine on vit que le vent avait fini par arracher une tôle et qu'une seconde menaçait de subir le même sort. En fin d'après midi il n'y avait plus ni électricité ni eau, impossible de savoir ou en était exactement le cyclone ce qui était sûr c'est que Dina était toujours bien présente dehors en train de déployer sa rage. Vers 18h le vent se calma ainsi que la pluie (à ce moment je croyais que c'était le passage de l'oeil) mon grand frère en profita pour venir me chercher et me ramener à la maison. Plus tard, vers quelle heure exactement je ne m'en rappel plus, le vent et la pluie reprirent avec une grande violence. Ne pouvant plus voir ce qui se passait dehors du fait de la nuit j'écoutais les énormes rafales de vent saccager tout ce qu'elles pouvaient dehors. Je me répète mais toute cette violence c'était impressionnant, quand j'écoutais le vent j'avais l'impression (j'étais adolescent lol) qu'un énorme dragon inspirait très profondément avant d'expirer en rafales d'une violence inouïe. Moi qui rêvais de vivre "un vrai " cyclone j'étais servi. A ce moment je ne trouvais plus ces phénomènes merveilleux mais terriblement effrayants et le sentiment qui m'habitait c'était juste l'angoisse. Finalement je parvins à m'endormir dans le vacarme infernal des éléments déchaînés. Au petit matin à mon réveil le vent et la pluie avait cessé, en sortant de la maison je fus impressionné par l'ampleur des dégâts notre maison avait bien tenue mais l'antenne télé était partie, notre cour était jonchée de débris de toutes tailles et de toutes sortes. N'ayant plus de téléphone on est parti voir ma tante pour voir s'ils allaient bien. En arrivant chez eux on constata que les feuilles de tôles de la cuisine (qui se trouvait derrière la maison) étaient retombées devant leur portail, mais heureusement eux ils allaient bien mais la cuisine était dévastée. Dans le quartier et la ville plus globalement les dégâts étaient innombrables, beaucoup d'arbre tombés ainsi que des clôtures et portails, certaines maisons avait perdu leur toit ou encore leur égoutière.

    Pour conclure je dirai que Dina est pour moi un terrible souvenir car la violence des rafales m'a effrayé mais en même temps sa a décuplé ma passion pour ces phénomènes. Je suis conscient qu'un cyclone c'est dévastateur et potentiellement mortel mais ma passion pour ces manifestations violentes de dame nature est ressortie plus grande de l'épisode Dina.

Ajouter un commentaire