Anacelle

8 février 1998, ANACELLE devenait le système baptisé le plus tardivement

Il y a 20 ans jour pour jour, ANACELLE entrait dans l'histoire du bassin sud-ouest de l'océan indien. Lors de la saison cyclonique 1997/1998, il aura fallu attendre le 8 février pour que soit baptisé le premier système de cette saison. Un record de démarrage tardif le pensait-on à l'époque.

Une première partie de saison cyclonique 1997/1998 amorphe

La saison cyclonique 1997/1998 fait partie de la catégorie des saisons peu banales. Après une première partie de saison exceptionnellement amorphe (à l'image de ce que fut la saison 2016/2017 et 2017/2018), ce n'est qu'à partir du mois de février que le bassin sud-ouest se réveille. Une zone de basse pression évoluant à moins de 1000 km au sud-ouest de Diego Garcia, réussira enfin à aller au bout de sa cyclogénèse. Le système sera baptisé ANACELLE dans l'après-midi du 8 février 1998.

Anacelle le 10 février 1998 à 1000z (NOAA)

Anacelle le 10 février 1998 à 1000z passant au plus près de Saint-Brandon (NOAA)

Suivant une trajectoire parabolique d'école, ANACELLE transite à proximité de Saint-Brandon le 10 février. Le météore se renforce jusqu'à atteindre le stade de cyclone tropical intense, alors qu'il longe les côtes Est de Maurice en début d'après-midi du 11, à environ 100 km de distance. L'île étant située dans le demi-cercle maniable d'ANACELLE, ne subit qu'un impact limité du phénomène. Quelques précipitations et des rafales de moins de 120 km/h sont relevées.

L'île Maurice évite le pire de justesse

Avec un passage à 100 km à l'Est, Maurice peut s'estimer chanceuse étant donné l'intensité d'ANACELLE au moment du passage au plus près. L'anneau de convection intense ou est situé les conditions paroxysmiques du phénomène, était relativement concentré. Malgré un passage relativement proche, l'île Maurice est restée en dehors de la masse nuageuse centrale. Si le Centre des Cyclones de la Réunion (CMRS) avait estimé le stade de cyclone tropical comme pic d'intensité, il semble plus probable qu'ANACELLE soit allé plus loin en termes d'intensité.

Anacelle le 11 février 1998 à 1038z (NOAA)

Anacelle le 11 février 1998 à 1038z au moment de son passage au plus près de Maurice (NOAA)

Ce baptême tardif intervient au cours d'une saison sous contexte El Nino record. Ce phénomène qui trouve son origine dans le pacifique, caractérisé par une température de la surface de cet océan supérieure à la moyenne, semble impacter négativement l'activité cyclonique dans l'océan indien. Les saisons 1982/1983 et 2015/2016 qui se sont déroulées dans un contexte climatique de grande échelle similaire, furent également marquées par une activité cyclonique en dessous de la moyenne.

Un record usurpé ?

Avec un démarrage au 8 février, 1997/1998 a pris le statut de saison cyclonique la plus tardive de l'histoire du bassin sud-ouest de l'océan indien. Mais, c'était sans compter sur un phénomène ayant évolué quelques mois plus tôt. En juillet, c'est à dire en plein hiver austral 1997, il est fort probable qu'un système numéroté à l'époque 01S par le JTWC, ait atteint les critères de baptême. Si cela est confirmé par les ré-analyses du CMRS de la Réunion qui sont en cours, ANACELLE perdra son titre de système le plus tardif de l'histoire du bassin. Cruel n'est ce pas ?

PR

  • Source : CMRS de la Réunion / NOAA
  • Image d'illustration : Firinga.com
E-mail

flashback

Ajouter un commentaire