SITE D'INFORMATION SPECIALISE SUR LES CYCLONES TROPICAUX ET L'OCEAN INDIEN

 

Daniella oeil 1

1996/97 une saison remarquable

Il y a 20 ans, le bassin sud-ouest de l'océan indien nous sortait une saison cyclonique plus qu'intéressante, le genre de saison qui devrait plaire à tous les passionnés de cyclone. Voici 5 raisons qui montrent pourquoi la saison 1996/97 fut à la fois remarquable et dramatique.

1/ Une saison ultra précoce

Officiellement, ANTOINETTE est le premier système de la saison 1996/97. Son baptême a eu lieu le 18 octobre 1996 ce qui est relativement tôt, comparé aux premiers baptêmes qui habituellement interviennent en novembre ou décembre. Mais, il est probable qu'ANTOINETTE ne fut pas le premier système de de cette saison. 2 systèmes avaient sans doute atteint le stade de Tempête Modérée au cours du mois d'aout et septembre 1996. Bien que cela soit rare, il est tout à fait possible d'avoir des Tempêtes Tropicales en hiver. ABELA premier système de la saison 2016/17 et qui s'est formé en plein mois de juillet 2016 est un exemple parfait. 

2/ Menace précoce pour les Mascareignes

Saison précoce et menace précoce pour les Mascareignes. Au début du mois de décembre 1996, le cyclone DANIELLA va constituer une menace directe pour la Réunion et Maurice. Après avoir connu une intensification explosive jusqu’au stade de Cyclone Intense, DANIELLA concernera les Grandes Mascareignes  en passant entre les îles sœurs dans l'après-midi du 8 décembre. Mais nous y reviendrons plus en détail dans un prochain article en décembre.

3/ Une saison active

Démarrée en août 1996, la saison se termine brutalement dès le mois de mars 1997 avec LISETTE. Tout au long de cette remarquable saison, les cyclogenèses vont se succéder à un rythme régulier et soutenu, sans qu'il n'y ait vraiment de pause. On assiste même à un embouteillage dans l'océan indien au cours du mois de Janvier 1997 lorsque les systèmes GRETELLE, HELINDA et ILETTA évoluèrent en même temps dans le bassin. Le nombre de systèmes ayant atteint au moins le stade du baptême fait de cette saison 1996/97 une des plus actives de l'histoire du bassin sud-ouest de l'océan indien.

Répartition des systèmes tout au long de la saison 1996/97 (firinga.com)

Répartition saison 1996/97 (firinga.com)

4/ HELINDA le survivor

32 jours! C'est la durée de vie du Cyclone HELINDA. Ce système fut en activité pendant un peu plus d'un mois au cours de cette saison cyclonique 1996/97. Ce système né en zone Australienne sous le nom de PANCHO (avant de devenir HELINDA en rentrant dans la zone de Météo France), est également remarquable par l'intensité atteint. A son pic d'intensité, le Cyclone Tropical Intense HELINDA générait des rafales de l'ordre de 287 km/h (sur 1 min). Et que dire de sa trajectoire complètement folle, faite de boucle multiple, de va et vient, de montée et descente... pire que des montagnes Russes.

5/ Toujours et encore Madagascar...

Si cette saison fut remarquable pour les raisons évoquées précédemment, on ne peut oublier le drame qui peut en découler. A la fin du mois de Janvier 1997, une cyclogenèse se déroulant à proximité des Mascareignes engendrera le cyclone GRETELLE. Après avoir évité la Réunion, celui-ci frappera de plein fouet le sud-est de Madagascar au niveau de Farafangana, 1 an après le terrible BONITA. Les conséquences furent terribles, des dégâts considérables dus aux rafales qui ont dépassé les 200 km/h. Le bilan humain fut également lourd avec 152 personnes tuées. Nous reviendrons plus en détails sur GRETELLE dans un prochain article de notre blog au cours du mois de Janvier.

PR

Source : Meteo France / Firinga.com / JTWC / NOAA / IBTrACKS

flashback

Ajouter un commentaire