MEDIA SOCIAL SPECIALISE SUR LES CYCLONES ET LES EVENEMENTS METEOROLOGIQUES DANS L'OCEAN INDIEN ET LE MONDE

Page 11

Une saison peu active pour l'instant

Alors que nous entamons le mois de mars, force est de constater que conformément aux différentes prévisions d'avant saison, la saison cyclonique 2015/16 est bien terne en termes d'activité. Peu de système baptisé et des intensités globalement modestes caractérisent pour l'instant cette saison.

Pas grand chose à se mettre sous la dent

Météo France ainsi que le Bureau Of Meteorology nous avaient prévenues. L'activité cyclonique pour cette saison 2015/16 s'annonçait probablement inférieur à la moyenne en raison d'un El Nino exceptionnel. Alors que s'engage le mois de mars, il semblerait que les prévisions aient vu juste. Au moment où nous écrivons ces lignes, on compte seulement 6 systèmes baptisés sur l'ensemble de l'océan indien sud (Annabelle, Bohale, Corentin, Stan, Daya et Uriah). Pourtant la saison commença correctement et dans les temps, avec la Forte Tempête Annabelle baptisée le 21 novembre 2015, suivie de la Tempête Modérée Bohale baptisée le 11 décembre 2015. Par la suite ça se complique, puisqu'il faut attendre la fin du mois de janvier 2016 pour que l'océan indien ne se réveille avec Corentin baptisé le 21. C'est également le moment que choisi l'océan indien sud-est pour enfin réagir avec la forte tempête Stan qui frappera la Pilbara Coast. Si le mois de janvier fut famélique comparé à l'année dernière, le mois de février apportera un peu plus d'action avec les épisodes Daya et Uriah.

Trajectoires saison 2015/16 au 04 mars 2016

Trajectoire saison 2015/16 côté océan indien sud-ouest

A part URIAH ça vole pas haut

Si le nombre n'y est pas, au niveau intensité également ça rame. Officiellement, sur les 6 systèmes baptisés on compte 6 Tempêtes et 1 cyclone. Le cas qui porte à discussion est Corentin, qui selon le CMRS de la Réunion n'a pas atteint le stade de cyclone tropical alors que pour le JTWC ce stade a était atteint de justesse. S'agissant d'un écart minime d'intensité d'une agence à l'autre, cette différence n'a pas vraiment d'importance. Nous verrons si lors de la ré-analyse d'après saison le JTWC confirme cette intensité ou pas. On pourrait également parler du cas Bohale et se demander si le stade du baptême fut réellement atteint. Mais là aussi, ça se joue à vraiment pas grand-chose. Pour les autres systèmes pas de discussion possible, notamment Uriah qui est donc officiellement le seul système à avoir atteint le stade de cyclone tropical selon Météo France. Un cyclone tardif, dans la mesure où il aura fallu attendre le 17 février pour voir le premier cyclone de la saison 2015/16. Il aura même atteint le stade de cyclone intense, ce qui redonne un peu de couleur à cette terne saison cyclonique.

DAYA, le cauchemar des modèles

Terne, mais aussi drôle. Le cas Daya fut pour l'instant le plus pénible à suivre. Les modèles ont eu la plus grande difficulté à initialiser correctement le système, avec des simulations qui ont été d'une irrégularité et d'une instabilité jamais vue auparavant. Après avoir simulé dans un premier temps un système majeur menaçant directement les Grandes Mascareignes, la suite s'avérera totalement anarchique, puisque les modèles seront incapables pendant plusieurs jours de sortir des prévisions fiables. Au bout du suspens, l'océan indien accouchera d'un système de faible intensité qui évoluera entre la Réunion et Madagascar. Baptisé le 10 février, Daya apportera tout de même des précipitations bénéfiques pour la Réunion et Maurice. La saison cyclonique n'est pas encore terminée et nous verrons si la prochaine poussée de l'oscillation MJO prévue courant mars sera en mesure de relancer l'activité cyclonique avec des systèmes à la clé. 

PR

bassin sud ouest bassin sud est

Ajouter un commentaire