SITE D'INFORMATION SPECIALISE SUR LES CYCLONES TROPICAUX ET L'OCEAN INDIEN

Assises sur les risques naturels à la Réunion 2017 : Appel à témoignages

Kyant kb

Tempête Tropicale KYANT dans le Golfe du Bengale

Après des mois et des mois de sommeil, l'océan indien nord décide enfin de se réveiller. Depuis quelques jours, un minimum était sous surveillance dans le Golfe du Bengale. En raison d'un cisaillement vertical du vent important, le système eu du mal à se creuser, la convection principale étant mise à mal. Finalement, à la faveur d'un relâchement de la contrainte d'altitude, la cyclogenèse a pu aboutir sur la Tempête Tropicale KYANT. Profitons-en un peu pour parler du bassin nord de l'océan indien.

2e système baptisé de la saison 2016

La saison cyclonique 2016 dans l'océan indien nord est pour l'instant relativement calme. KYANT, nom donné par le Myanmar, n'est que le 2 e système baptisé de la saison après la Tempête ROANU en mai. Ce bassin n'est pas connu pour le nombre de système qu'il engendre par saison, mais des cyclones d'intensité remarquables peuvent y voir le jour. Le dernier système majeur dans le Golfe du Bengale est le cyclone HUDHUD, qui avait frappé les côtes Est indiennes de plein fouet et à quasi pleine puissance, en octobre 2014. On peut aussi parler de PHAILIN en octobre 2013, qui avait même atteint la catégorie 5, avant de balayer les états indiens d'Odisha et Andhra Pradesh. La saison dernière fut nettement plus calme dans cette zone, l'activité cyclonique étant quasi exclusivement localisée en Mer d'Arabie, avec les puissants et historiques cyclones CHAPALA et MEGH qui avaient impacté l'île de Socotra et le Yémen il y a un an. D'ailleurs, la période octobre, novembre est habituellement marquée par le retour de l'activité cyclonique dans l'océan indien nord. Le baptême de KYANT ce jour vient confirmer une fois de plus cette statistique. Mais le Golfe du Bengale a vu également des cyclones aux conséquences catastrophiques.

Vidéo impressionnante du cyclone HUDHUD en 2014

La catastrophe de 1970

Ce bassin du nord de l'océan indien est incontournable dans la mesure où c'est là qu'a eu lieu le cyclone le plus meurtrier de l'histoire. Celui que l'on appelle le "cyclone de Bhola", a provoqué officiellement la mort de 150 000 personnes et plus de 100 000 disparues. Mais les estimations parlent de 500 000 victimes, faisant de cette catastrophe une des pires de l'époque moderne. Naît dans le Golfe du Bengale, ce cyclone de catégorie 3 a frappé le Bangladesh, le Pakistan-Oriental et l'Etat du Bengale-Occidentale les 12 et 13 novembre 1970, provoquant des rafales de 200 km/h et une onde de tempête qualifiée d'exceptionnelle. Le cyclone de Bhola se trouve à même hauteur que le tsunami de 2004 par l'ampleur de la catastrophe. Plus récemment, il y a le puissant et terrible cyclone d'Orissa, qui en 1999 sema la destruction et la désolation sur les côtes Est de l'Inde. Le bilan faisait état de plus de 10 000 morts, la pire catastrophe après le cyclone de Bhola. Comme vous pouvez le voir, ce bassin cyclonique est loin d'être anodin et c'est la raison pour laquelle nous le suivons avec autant d'attention et de passion que les cyclones du bassin sud de l'océan indien.

Le cyclone de BHOLA le 11 novembre 1970 (image NOAA)

et KYANT dans tout ça

Après avoir souffert du cisaillement lors de sa dérive Est en début de parcours, le système a montré des signes d'organisation très nette depuis hier soir, profitant d'une amélioration sensible des conditions en altitude. KYANT se déplace en direction de l'ouest à 15 km/h, surfant sur la dorsale subtropicale positionnée au nord de la Tempête. Sauf surprise, et malgré une fenêtre d'intensification de 24H, le système est prévu rester à une intensité modérée. L'IMD, chargé du suivi de la veille cyclonique dans l'océan indien nord, ne prévoit pas que celui-ci dépasse le stade de Tempête Tropicale. Selon le JTWC, l'affaiblissement deviendrait marqué à +48H en raison d'un environnement de plus en plus sec et de l'interaction avec les terres de l'Inde. KYANT n'est donc pas prévu entrer dans la catégorie des grands cyclones du Golfe du Bengale.

PR

source : IMD/JTWC

bassin nord

Ajouter un commentaire