MEDIA SOCIAL SPECIALISE SUR LES CYCLONES ET LES EVENEMENTS METEOROLOGIQUES DANS L'OCEAN INDIEN ET LE MONDE

 

Couv31012017

Bilan de la saison cyclonique à mi-parcours par Météo France

Météo France a publié ce mardi 31 janvier 2017 un communiqué de presse. L'agence météorologique fait un bilan de la première partie de saison cyclonique du bassin sud-ouest de l'océan indien et actualise ses prévisions pour la deuxième partie de saison.

Une inactivité sans précédent

Sans surprise cette première partie de saison a été particulièrement calme. Depuis la Tempête ABELA en juillet et la Dépression Subtropicale BRANSBY en octobre, le bassin sud-ouest de l'océan indien a plongé dans un calme qualifié d'absolu par Météo France. Depuis le début officiel de la saison cyclonique 2016/2017 à la mi-novembre, aucune cyclogenèse n'est allée au bout de son processus . A part une éphémère Dépression Tropicale observée récemment, force est de constater que ce début de saison ne restera pas dans les annales en terme d'activité cyclonique. Météo France va même plus loin en évoquant une inactivité sans précédent dans l'histoire du bassin. C'est la première fois depuis 1967 (c'est à dire depuis le début des observations satellitaires) que le trimestre novembre-décembre-janvier est vierge d'activité cyclonique significative. En d'autres termes, aucune tempête et aucun cyclone durant cette période est une première depuis 1967. Météo France souligne également le fait "qu'un mois de janvier totalement «blanc» (en termes de tempête ou cyclone), comme nous venons de le vivre en 2017, constitue un événement tout aussi remarquable".

Pas de changement de tendance pour la suite

Pour la suite de la saison, Météo France ne s'attend pas un changement radical de tendance. Sur le trimestre février-mars-avril l'activité cyclonique devrait rester en dessous de la moyenne saisonnière. L'agence précise que dans ce trimestre on observe généralement la formation de 5 à 6 systèmes dépressionnaires atteignant au moins le stade de Tempête dans le bassin sud-ouest de l'océan indien. De fait, la probabilité d'avoir au final une saison cyclonique 2016/2017 inférieure à la moyenne est à présent de 90% (contre 60% en début de saison). Météo France indique qu'une saison est considérée en dessous de la moyenne lorsque le nombre de baptême est inférieur au nombre de 8, ce qui pourrait bien être le cas pour 2016/2017. Néanmoins, le paramètre le plus représentatif pour évaluer le degré d'activité n'est pas le nombre de baptême, mais, l'énergie cyclonique cumulée (ACE) ou le nombre de jours avec présence d'une Tempête ou d'un Cyclone. On peut avoir peu de baptême, mais avoir des systèmes ayant une forte intensité ou une durée de vie longue pour sauver les statistiques d'une saison. Cela fut le cas lors de la saison précédente ou le cyclone très intense FANTALA avait permis à la saison 2015/2016, d'améliorer de façon considérable les chiffres d'une saison qui s'annonçaient parmi les moins bonnes de l'histoire du bassin.

Maintenir sa vigilance

Si la suite de saison ne devrait pas atteindre des sommets et si l'activité globale devrait donc être inférieure à la moyenne climatologique, le risque cyclonique lui reste toujours présent. Les exemples de saisons peu actives mais avec des terres habitées malgré tout impactées par un cyclone sont nombreux. Lors de la saison 2010/2011 qui détient le record d'inactivité dans le sud-ouest de l'océan indien, seulement 3 systèmes ont été baptisés. Cela n'aura pourtant pas empêché une catastrophe à Madagascar avec le cyclone intense BINGIZA. Météo France renouvelle donc son appel à la vigilance.

PR

communiqué de presse du 31 Janvier 2017 (Météo France)communiqué de presse du 31 Janvier 2017 (Météo France) (1.51 Mo)

météo france

Ajouter un commentaire