La Réunion : Un système d'alerte cyclonique en question

BERGUITTA et FAKIR ont mis à mal le système d'alerte cyclonique réunionnais, au point qu'une réflexion dans le but de son amélioration a été lancée par le préfet. L'ensemble des aménagements apportés au système d'alerte cyclonique devrait être mis en oeuvre dès novembre 2018, pour  la prochaine saison cyclonique.

Une saison cyclonique éprouvante pour les terres habitées

Le 15 novembre 2017, à l'occasion de l'ouverture officielle de la saison cyclonique 2017/2018 à la Réunion, Météo France prévenait que cette saison pourrait être marquée par des systèmes se formant à proximité des terres habitées et suivant majoritairement des trajectoires paraboliques.

6 mois après, force est de constater que ces tendances étaient dans le vrai. Sur les 8 systèmes baptisés ayant évolué dans le sud-ouest de l'océan indien, 5 ont concerné directement ou indirectement les terres habitées. Madagascar subit l'impact direct du cyclone AVA et de la forte tempête ELIAKIM, alors que Maurice et Rodrigues furent concernée par BERGUITTA.

Cyclone Tropical AVA à Toamasina (Madagascar)

Enfin, les réunionnais qui ont été victimes de BERGUITTA, FAKIR et indirectement impactés par DUMAZILE, n'oublieront pas de sitôt cette saison. D'autant plus que le système d'alerte cyclonique aura été sévèrement mis à mal, notamment lors de l'incroyable et atypique épisode FAKIR. 

Un système d'alerte sous le feu des critiques

Les fortes tempêtes BERGUITTA mais surtout FAKIR, ont mis en lumière certaines limites dans le système d'alerte cyclonique actuel et quelques défaillances au niveau de la gestion de crise. Il devenait évident qu'une réflexion sur l'amélioration du système d'alerte était nécessaire, ce qui est chose faite depuis que la ministre des outre-mer, Annick Girardin, donna son feu vert en ce sens.

Conditions cycloniques à la Réunion pendant la forte tempête ELIAKIM

C'est donc dans ce cadre que vendredi dernier, le préfet de La Réunion, Amaury de Saint-Quentin, réunit les maires qui sont les premiers maillons dans l’organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC), pour un premier retour d‘expérience de la saison cyclonique 2017/2018 et ouvrir les échanges sur l’amélioration des dispositifs existants.

Le préfet rappelle que "la mise en œuvre des systèmes d’alertes cyclonique et météorologique à La Réunion est complexe, en raison principalement de la géographie particulière de l’île". De plus, "la multiplication et la diversité des phénomènes météorologiques majeurs posent en outre la question de l’évolution de ces systèmes d’alerte, pour mieux prendre en compte les spécificités des territoires réunionnais, alors que les moyens technologiques de prévision, la démographie de l’île, ainsi que les modes de vies ou de déplacements ont profondément évolué".

Objectif novembre 2018

De cette réunion, de nombreuses propositions ont été formulées concernant les différentes phases d’alerte, leur modalité de mise en œuvre, ainsi que leur meilleure appropriation par les Réunionnais selon le communiqué du préfet. D'autres réunions suivront dans les semaines à venir, associant l’ensemble des acteurs de la chaîne ORSEC. 

L'ensemble des aménagements apporter au systèmes d'alerte cyclonique devront être mise en oeuvre dès novembre 2018, à l'occasion de l'ouverture de la prochaine saison cyclonique. Le compte à rebours est donc lancé.

PR

  • Source : Préfecture de la Réunion
  • Image d'illustration : Météo France Océan Indien

Réunion

Commentaires

  • Cyclone
    • 1. Cyclone Le 06/05/2018
    C'est plutôt le préfet de ce remettre en question pas d'alerte levé des personnes sur les routes des patrons sans scrupules qui te dis qu'il n'y a aucun alerte cyclonique donc tu viens bosser. Préfet de pacotille

Ajouter un commentaire