Drones, animaux et avion pour observer les cyclones de l'océan indien sud-ouest

Une campagne expérimentale sans précédent est actuellement menée par le Laboratoire de l'Atmosphère et des Cyclones de la Réunion (LACy). Objectif de ces expérimentations, améliorer la connaissance et la prévision des cyclones tropicaux du bassin sud-ouest de l'océan indien.

Le projet RenovRisk-Cyclone

Des recherches et des expérimentations pilotées par le LACy dans le cadre du projet RenovRisk-cyclone sont actuellement en cours. Ce projet qui s'étale de 2017 à 2020 et dont le budget est de 2 millions d'euros, vise à améliorer la connaissance ainsi que la prévision des cyclones tropicaux pour le bassin sud-ouest de l'océan indien, par le biais de recherches intégrées et innovantes.

Drone boréal ©LACy

Du 15 janvier au 15 avril 2019, une campagne expérimentale sera conduite afin d'échantillonner les systèmes dépressionnaires tropicaux de la saison cyclonique 2018/2019.

L'objectif de cette campagne est d'étudier et mieux prévoir les processus d’intensification des cyclones, de mieux comprendre les interactions entre un cyclone et son environnement et améliorer les paramétrisations physiques utilisées dans les modèles de prévision numérique du temps.

Dans cette optique, le renforcement de l'existant ou le développement de nouveaux moyens d'observations sont prévus dans le cadre du projet RenovRisk-Cyclone. 

Des oiseaux et des tortues comme moyens d'observation

Dès 2017, le renforcement du réseaux d’observation (GNSS) a été réalisé avec les stations d'Aldabra en novembre 2017 et Fort-Dauphin (Madagascar) en juin 2017. Du 15 janvier au 15 avril 2019, le réseau d'observation par radiosondage sera lui aussi renforcé.

De nouveaux outils technologiques seront également déployés, tel que le Drone Boréal d'une Portée de 1000 km lancé depuis Cambaie (ouest de la Réunion), pour la mesure de flux turbulents et d’aérosols au voisinage des cyclones, et des Drones sous-marin d'une portée de 750 km, utilisés pour caractériser les propriétés de la couche de mélange océanique sous les cyclones tropicaux (température, salinité, courants).

Expérimentation - RenovRisk ©LACy

Mais le plus étonnant, sera l'expérimentation d'animaux comme moyens d'observation. Des oiseaux marins se verront équipés d'instruments permettant de mesurer la température de surface de la mer, alors que des tortues marines seront munies de balises Argos et de capteurs de température et de pression, pour mesurer les propriétés de la couche de mélange océanique entre 0 et 100m de profondeur.

D'autres moyens d'observations plus classiques sont utilisés, notamment l'imagerie satellitaire avec l'exploitation des données SAR (Synthetic Aperture Radars), qui permettent de mesurer le vent et la houle cyclonique à la résolution infra-km. Le premier test a été réalisé à l'occasion du cyclone tropical CEBILE le 1er février 2018.

Un "Hurricane Hunter" à la Réunion en 2019?

Au delà de tous ces moyens d'observations, une expérimentation en particulier tient sans conteste le plus à cœur les scientifiques et les passionnés. Le projet d'affréter un avion des célèbres "Hurricane Hunter" de la NOAA est dans les cartons du LACy.

Cet avion habituellement utilisé pour être envoyé au cœur des ouragans de l'Atlantique, ferait donc une escapade dans l'océan indien pour cette fois-ci effectuer des relevés directement dans les cyclones tropicaux du bassin sud-ouest.

Hurricane hunter ©LACy

Ce projet (si le financement est bouclé), est programmé pour être opérationnel du 15 février au 31 mars 2019. L'appareil qui est équipé de plusieurs instruments de mesure dont un radar Doppler et d'un drone jetable appelé "coyotte", serait basé à Saint-Denis de la Réunion.

Voilà des perspectives qui annoncent une saison cyclonique 2018/2019 très intéressante dans le bassin sud-ouest de l'océan indien.

PR

Source : Assise de la Météorologie 23/03/2018 - Présentation du programme RenovRisk Cyclone par Olivier Bousquet du LACy.

bassin sud ouest

Ajouter un commentaire