MEDIA SOCIAL SPECIALISE SUR LES CYCLONES ET LES EVENEMENTS METEOROLOGIQUES DANS L'OCEAN INDIEN ET LE MONDE

 

cyclone Tropical Dineo

Cyclone DINEO, 7 morts au Mozambique et de nombreux dégâts

Le cyclone tropical DINEO a frappé dans la nuit de mercredi à jeudi la province d'Inhambane située au sud du Mozambique. C'est la première fois depuis le cyclone FAVIO en 2007, que cette région est directement concernée par un cyclone. Le Mozambique est régulièrement affecté par ces phénomènes et cela plus souvent qu'on ne le croit.

Le cyclone DINEO fait 7 morts et de nombreux dégâts

Le canal du Mozambique s'est brutalement réveillé après être resté en sommeil depuis la Forte Tempête FUNDI en Février 2015. Il aura donc fallu attendre 2 ans pour qu'une cyclogenèse aboutisse dans cette zone. A peine l'épisode CARLOS terminé, voilà déjà que les modèles annonçaient une formation dans le sud du canal du Mozambique. Le dimanche 12 février, un minimum s'organise rapidement au point que celui-ci devienne Tempête Tropicale Modérée le lendemain. Baptisé DINEO par Madagascar, le système se renforce graduellement profitant de conditions environnementales favorables jusqu'à devenir Forte Tempête Tropicale le mardi 14. Après avoir plafonné à ce stade durant la journée de mardi et mercredi matin en raison d'une intrusion d'air sec, DINEO se renforce jusqu'à devenir Cyclone Tropical au moment de frapper dans la nuit de mercredi à jeudi le Mozambique au niveau de la province d'Inhambane. Les rafales ont dépassé les 160 km/h et la houle cyclonique a provoqué de nombreux ravages le long des côtes de la province. Selon le centre des désastres gouvernemental du Mozambique, le premier bilan fait état de 7 personnes décédées, d'environ 20 000 maisons détruites et de nombreux dégâts matériels (information relayée par le timeslive.co.za). Le dernier cyclone a avoir affecté cette région est FAVIO en 2007. Si l'on regarde les statistiques au cours de ces 30 dernières années, on peut constater que le Mozambique est régulièrement impacté par ces phénomènes pouvant parfois être particulièrement catastrophique.

Le Mozambique régulièrement impacté par les cyclones

DINEO vient remplir la longue liste des cyclones ayant directement ou indirectement impacté le Mozambique. De nombreux systèmes ont directement frappé ou approché les côtes mozambicaines, certains laissant des traces dans les esprits (entre autres ANGELE décembre 1978, BETINA décembre 1980, DOMOINA janvier 1984, FILAO mars 1988, NADIA mars 1994, LISETTE mars 1997, ELINE février 2000, HUDAH avril 2000, DELFINA décembre 2002, JAPHET mars 2003, FAVIO février 2007, JOKWE mars 2008, DANDO janvier 2012, FUNSO janvier 2012...). Le plus marquant et celui qui aura eu des conséquences catastrophiques pour le Mozambique est sans conteste ELINE. Ce système qui a évolué en février 2000, a traversé l'océan indien d'Est en Ouest, puis, émergé dans le canal du Mozambique après avoir durement balayé Madagascar. Au contact des hauts chaudes du canal, ELINE connaîtra une intensification explosive au moment de frapper avec une violence inouïe à proximité de Beira. Le bilan faisait état de plus de 700 personnes décédées et environ 500 millions de dollars de dégâts en raison de l'inondation majeure provoquée par le cyclone sur son trajet, la pire inondation depuis 1951. La fréquence de l'occurrence cyclonique et les conséquences parfois catastrophiques, fait du Mozambique un pays particulièrement exposé au risque cyclone dans le bassin sud-ouest de l'océan indien.

Saison peu active mais les terres habitées impactées

Après une première partie de saison totalement inactive, nous venons en l'espace de deux semaines au cours de ce mois de février, de vivre deux épisodes cycloniques. Ces deux épisodes ont indirectement ou directement concerné des terres habitées (CARLOS pour Maurice et la Réunion, DINEO pour le Mozambique). Si pour les Grandes Mascareignes CARLOS a été plutôt bénéfique grâce aux précipitations salvatrices, DINEO a malheureusement provoqué les premières victimes de la saison cyclonique 2016/2017 et les premiers dégâts majeurs. Depuis le début de la saison cyclonique, nous n'avons cessé de rappeler que malgré une saison peu active, le risque zéro n'existait pas. Ce que nous venons de vivre confirme la nécessité pour chacun de rester vigilant tout au long de cette saison cyclonique particulière.

PR

source : Météo France / Firinga.com / timeslive.co.za 

canal du mozambique bassin sud ouest mozambique

Ajouter un commentaire