Changement du système d'alerte cyclonique à la Réunion ou pas?

Le Préfet de la Réunion organise une conférence de presse ce lundi 10 décembre à 16h pour la présentation des évolutions du dispositif ORSEC.

Cyclone la reunion

Un système d'alerte vieux d'une vingtaine d'années

Cette conférence de presse initialement prévue le 20 novembre, fut reportée en raison du contexte fortement troublé qui régnait à la Réunion à ce moment. Cette fois-ci, nous devrions enfin savoir si des changements seront apportés au système d'alerte cyclonique de l'île.

Système alerte cyclonique et vigilance météorologique à la Réunion

Système alerte cyclonique et vigilance météorologique à la Réunion en vigueur pour l'instant

Les épisodes BERGUITTA et FAKIR qui secouèrent le département lors de la saison cyclonique précédente, sont à l'origine de la remise en cause du système en vigueur depuis le milieu des années 90. La question fondamentale de la définition de condition cyclonique, préalable au déclenchement d'alerte, concentre les critiques de la population.

A LIRE : L'évolution du système d'alerte cyclonique à la Réunion depuis le début du XXe siècle

La force du vents est le paramètre définissant cette condition (vent max de 150 km/h). Celui-ci fut établi sur la base d'expériences cycloniques des années 90. En revanche, l'intensité des précipitations n'entre pas en compte. Ce risque est géré par le système de vigilance via le plan Événement Météorologique Dangereux (EMD). 

En rappelant cela, on comprend de suite pourquoi BERGUITTA a peut-être porté un coup fatal au système d'alerte actuel.

Un système d'alerte piétiné par BERGUITTA et FAKIR

Au moment de son passage à proximité de l'île, le phénomène était une tempête tropicale en phase d'affaiblissement. De plus, le système évolua au Sud de l'île, ce qui atténua l'impact des vents forts. Il n'y a donc pas eu de vent susceptible d'atteindre le fameux seuil des 150 km/h.

En l'espèce, le Préfet, M. Amaury de Saint-Quentin, avait donc pris une décision conforme avec la procédure de déclenchement de l'alerte. Les prévisions n'indiquaient pas de vent max atteignant ou dépassant les 150 km/h, donc pas de condition cyclonique, donc pas d'alerte rouge.

Sauf que l'impact sur le Sud de l'île fut particulièrement sévère. Les précipitations ont été d'un niveau exceptionnel, provoquant énormément de dégâts. Certains locaux ont parlé d'une situation jamais vue depuis FIRINGA (1989).

Mais là aussi, la procédure fut respectée, puisque Météo France publia un bulletin de vigilance forte pluie renforcé, pour prévenir du caractère exceptionnel de l'épisode pluvieux associé à BERGUITTA.

Les dernières heures du système d'alerte actuel ?

Si l'on regarde donc les choses objectivement, il est indéniable que les différentes instances ont pris les décisions adéquates au sens stricto sensu des différentes procédures d'alerte cyclonique ou de vigilance météorologique.

Mais en même temps, on peut comprendre la frustration des sudistes qui au plus fort de la dégradation, n'ont su quelle décision prendre. Faut-il aller au travail en l'absence d'alerte rouge, ou rester à la maison en raison de la vigilance forte pluie renforcée.

Des failles ont été pointées, et des réajustements sont probablement nécessaires. Va-t-on vers une refonte totale du système? Verra-t-on apparaître de nouvelles couleurs? Ou alors, bien que je n'y crois pas, le statut quo? Fin du suspense à 16h.

PR

Soyez les premiers informés dès la formation d'un cyclone ou du déclenchement d'une alerte cyclonique dans l'océan indien en vous inscrivant

Je m'inscris

Réunion

Ajouter un commentaire