BLOGS À SUIVRE : VOYAGEOI.COM

Ce qu'il faut retenir du nouveau système d'alerte cyclonique de la Réunion

Le nouveau système d'alerte cyclonique de la Réunion a été présenté à la presse ce lundi 10 décembre 2018. Voyons en détail quels sont les principaux changements.

Le nouveau dispositif ORSEC cyclone de la Réunion a été présenté à la presse par le Préfet de la Réunion, M. Amaury de Saint Quentin. Il fut aidé dans cette tâche par M. David Goutx, directeur interrégional de Météo France Océan Indien et M. Vassili Czorny de l'Etat Major de la zone de défense à l'EMZ de la Préfecture.

La saison cyclonique précédente a mis en avant certaines failles dans le système d'alerte cyclonique, en vigueur depuis le milieu des années 90 sur le département. Une concertation a donc été menée avec les collectivités, ainsi que l'ensemble des services engagés dans la gestion de crise.

Cette concertation a accouché d'un dispositif qui ressemble plus à une évolution qu'à une révolution. Ce nouveau plan est censé apporter plus de clarté, d'être le plus adapté aux spécificités de l'île, mais aussi à la diversité des phénomènes que la Réunion peut rencontrer au cours d'un épisode cyclonique.

Voyons quelles sont les points essentiels à retenir de ce nouveau dispositif.

Un niveau de couleur supplémentaire

Désormais, il faudra s'habituer à l'alerte violette, qui sera déclenchée avec un préavis de 3h, dans le cas ou l'île s'apprête à subir des vents supérieurs à 200 km/h. A titre d'exemple, on pourrait dire que cette alerte aurait pu être déclenchée lors d'un épisode de type DINA ou FIRINGA.

Pour les autres niveaux d'alerte pas de changement. L'alerte orange qui est déclenchée 24h avant impact implique toujours la fermeture des établissements scolaires et des crèches, alors que l'activité économique se poursuit. En alerte rouge, c'est le confinement, toute activité et circulation est interdite. Les services participants à la gestion de crise sont les seuls autorisés à assurer leur mission si les conditions le permettent.

Alerte cyclone reunion

Après l'alerte violette, nous avons toujours la phase de sauvegarde signalant que la menace cyclonique est écartée, mais avec la persistance de certains dangers.

A noter, qu'après l'alerte violette, il est possible que l'île repasse temporairement en alerte rouge, avant la phase de sauvegarde. L'objectif étant de maintenir la population confinée, pendant que les services procéderons à l'ensemble des reconnaissances utiles pour la mise en place des mesures appropriées à la sauvegarde de la population selon Vassili Czorny.

La fin du sacro saint seuil des 150 km/h et prise en compte des précipitations

Le point qui concentra sans doute le plus de critique n'est plus qu'un souvenir. A partir de maintenant, le vent ne sera plus la seule condition nécessaire au déclenchement de l'alerte cyclonique. Dorénavant, l'intensité des pluies rentrera en compte dans la prise de décision. Ainsi, un système générant des vents infiérieurs à 150 km/h, mais dont le potentiel pluvieux est important, peut maintenant conduire à une alerte orange voire rouge.

Alerte violette

Consignes en cas d'alerte violette

Selon Vassili Czorny, ce nouveau dispositif devrait permettre de mieux gérer des cyclones dits "de vent" et des cyclones dits "de pluie" comme l'était BERGUITTA par exemple. Avec cet élargissement des critères de déclenchement, le recours à l'alerte rouge serait probablement plus fréquent que par le passé. On passe d'un dispositif ou l'alerte rouge était en moyenne déclenchée tous les 10 ans, à un dispositif où il serait utilisée en moyenne tous les ans.

La prise en compte des précipitations est un véritable challenge pour les prévisionnistes de Météo France. Prévoir le niveau de pluie ainsi que la localisation est un exercice particulièrement complexe et soumis à un fort degré d'incertitude. Malgré tout, David Goutx lâche "qu'il faut bien commencer un jour", surtout que cela correspond à une demande forte de la population. 

La fin du mélange vigilance météo et alerte cyclonique

Enfin, ce dispositif est simplifié pour permettre une meilleure visibilité et clarté pour la population et les services de gestion de crise. En d'autres mots, terminée la superposition des vigilances pour phénomènes météorologiques dangereux (EMD) et des alertes cycloniques. 

Vigilance reunion

Dès lors que l'île serait menacée par un événement de type cyclonique, seul le plan cyclone sera utilisé. Le plan EMD sera donc utilisé uniquement dans le cas de phénomènes météorologiques dangereux qui n'auraient aucun lien, ni de près, ni de loin avec les cyclones.

Cette clarification était nécessaire, tant le mélange du plan EMD et cyclone on pu porté à confusion par le passé.

Une évolution mais pas de révolution

La crainte d'une remise en cause totale du dispositif est donc écartée. Des réajustements nécessaires ont été réalisés et on peut dire que la population a été entendue, notamment dans la prise en compte du critère précipitation pour le déclenchement d'alerte. Charge maintenant aux réunionnais de s'imprégner et de se familiariser avec ce nouveau dispositif.

Pour l'anecdote, David Goutx signale que les prévisions saisonnières laissent envisager que l'efficacité de ce nouveau plan pourrait être testé au cours de cette saison cyclonique 2018/2019. En effet, la zone de cyclogenèse préférentielle, ainsi que le type de trajectoire pourraient emmener les systèmes dans le voisinage des terres habitées. A suivre...

PR

Source : Préfecture de la Réunion

Soyez les premiers informés dès la formation d'un cyclone ou du déclenchement d'une alerte cyclonique dans l'océan indien en vous inscrivant

Je m'inscris

Réunion

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire