FAKIR : Etat de catastrophe naturel reconnu pour 15 communes de la Réunion

Le 24 avril 2018 l'île de la Réunion était balayée par la forte tempête tropicales FAKIR. A la suite de cet événement, plusieurs communes ont sollicité une reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. L'arrêté a été publié au journal officiel du vendredi 22 juin 2018.

Arrêté publié au journal officiel du 22 juin 2018

L’arrêté interministériel reconnaissant l’état de catastrophe naturelle pour 15 communes du département de La Réunion suite au passage de la forte tempête tropicale « FAKIR » a été publié au Journal Officiel du 22 juin 2018 indique la préfecture de la Réunion.

Cet arrêté interministériel daté du 23 mai 2018 reconnaît l’état de catastrophe naturelle au titre des inondations et coulées de boue du 24 avril 2018 pour les communes suivantes :

  • Les Avirons
  • Bras-Panon
  • L’Entre-Deux
  • L’Étang-Salé
  • Petite-Île
  • Saint‑André
  • Saint-Benoît
  • Saint-Joseph
  • Saint-Leu
  • Saint-Louis
  • Saint-Pierre
  • Saint‑Philippe
  • Sainte-Marie
  • Sainte-Rose
  • Sainte-Suzanne.

Un délai de 10 jours pour demander à son assureur la prise en charge du sinistre

La préfecture rappelle que dans ces communes, "les personnes physiques et morales assurées ayant subi des dommages disposent d’un délai de 10 jours ouvrés à compter de cette date de publication pour faire parvenir à leur compagnie d’assurance un état de leurs pertes afin de bénéficier des dispositions de la loi du 13 juillet 1982, étendue aux départements d’outre-mer par la loi n° 90-509 du 25 juin 1990. L’assureur disposera ensuite d’un délai de trois mois pour verser les indemnisations".

Enfin, pour les biens non assurés, une procédure relative au Fonds de secours pour l’Outre-mer est susceptible d’être mise en œuvre au bénéfice des particuliers (sous conditions de ressources), petites entreprises artisanales ou familiales, collectivités et exploitants agricoles. Le communiqué précise que "pour toute demande à ce titre, les sinistrés peuvent s’adresser à leur mairie".

PR

Source : Préfecture de la Réunion 

Réunion

Ajouter un commentaire