Kamisy

Les cyclones marquants du mois d'Avril dans l'océan indien sud-ouest

Si un parfum de fin de saison cyclonique flotte en avril dans le bassin sud-ouest de l'océan indien, ce mois est loin d'être aussi pacifique que certains pourraient le croire. Du cyclone de 1892 à Maurice, à la forte tempête FAKIR en 2018, retour sur ces épisodes cyclonique qui ont frappé les esprits en avril.

Avril 1892, 1944, 1945, 1962, 1996...

Les îles composants l'archipel des Mascareignes ont connu des fortunes diverses lors du mois d'Avril. Pour la Réunion, rare sont les phénomènes cycloniques à avoir marqué l'île intense. Il faut pour cela remonter aux mois d'avril 44 et 45. Le 11 avril 44, la Réunion est touchée de plein fouet par un cyclone intense, provoquant la mort de 16 personnes. Telle une malédiction, 1 an plus tard au  le 7 avril 45, c'est à nouveau un cyclone intense qui passe cette fois-ci à 20 km à l'Est de l'île, générant des rafales de plus de 200 km/h. Ces deux cyclones ont mis à genoux une île déjà durement touchée par les conséquences du blocus.

A LIRE AUSSI : FAKIR un passage éclair qui a marqué les esprits

Sa sœur Maurice, n'est pas non plus très habituées à être impactée au mois d'avril. Mais celui qui a sans aucun doute frappé le plus les esprits, est le cyclone d'avril 1892. Le 29 avril, c'est un système d'une violence inouïe qui s'abat sur Maurice. On parle de rafales supérieures à 240 km/h. La surprise est totale car ce phénomène est arrivé par l'ouest et à la fin du mois d'avril, du jamais vu depuis le début des statistiques remontant à 1756. Le bilan est catastrophique avec 1200 décès, 50.000 sans-abris et la capitale Port Louis dévastée. Ce cyclone d'avril 1892 est une des pires catastrophes du bassin sud-ouest de l'océan indien.

Port Louis 1892, rue de la Poudrière après le passage du cyclone ©vintagemauritius.org

Destructions à Port Louis suite au passage du terribe cyclone d'avril 1892 ©vintagemauritius.org

En revanche, l'île Rodrigues à moins de chance que ses grandes sœurs au mois d'avril. Plusieurs systèmes ont concerné l'île, le plus récent étant le cyclone HANSELLA dont l'œil a traversé l'île le 6 avril 1996. La plus forte rafale enregistrée fut 178 km/h à Pointe Canon. On peut aussi parler du cyclone MAUD, qui est passé à 15 km à l'ouest de Rodrigues le 6 avril 1962, générant des rafales supérieures à 200 km/h.

Avril 1984, le cyclone KAMISY

Madagascar est une terre de cyclone. C'est un des pays les plus touché au monde par ces phénomènes et il n'est pas étonnant de voir que la Grande Île a été souvent frappé au cours du mois d'avril. Un des plus marquants est le spectaculaire KAMISY en avril 1984.

Oeil du cyclone Kamisy avril 1984 (image NASA)

Oeil du cyclone Kamisy avril 1984 ©image NASA

Baptisé le 5 avril, le système atteindra le stade de cyclone intense le 7, générant à cet instant des rafales de l'ordre de 300 km/h. KAMISY impacte la pointe nord de Madagascar le 9 avril dans la matinée au stade de cyclone tropical. Les rafales ont sans doute dépassé les 240 km/h sur Diego Suarez qui est détruite à 80%. Le 12, le système termine sa course sur le nord-ouest de la Grande Île au stade de forte tempête. Le bilan fait état au total de 20 morts et de nombreux disparus.

Entre temps, le cyclone s'affaiblissant était passé à 60 km au sud sud-est de Mayotte, provoquant sur l'île des rafales avoisinants les 150 km/h. KAMISY reste jusqu'à maintenant la référence cyclonique pour les habitants de l'île aux Parfums.

Avril 1996, un record mondial

En 1996, le cyclone OLIVIA évoluait au nord-ouest de l'Australie. Pris en charge par le Bureau Of Meteorology le 3 avril, le système atteindra son maximum d'intensité le 9 avril au stade de cyclone intense. Après avoir suivi une trajectoire globalement d'ouest, Olivia incurve en direction du sud-ouest puis progressivement vers le sud et le sud sud-est.

Cyclone Olivia le 10 avril 1996 à 9z (image NOAA)

Le cyclone OLIVIA en plein sur l'île de Barrow le 10 avril 1996 à 9z (image NOAA)

Le cyclone traverse l'île de Barrow à quasi pleine intensité en fin de journée du 10 avril. Une rafale de 408 km/h est enregistrée sur l'île, ce qui constitue la rafale la plus violente jamais observée scientifiquement sur terre, hors ceux des tornades. Ce record a été officiellement homologué par l'OMM en 2010.

Maintenir sa vigilance jusqu'au bout

Ces quelques exemples montrent l'importance de garder sa vigilance jusqu'à la fin de la saison cyclonique. Ce mois d'avril 2018 a rappelé que malgré les statistiques, le risque zéro n'existe pas. Ces différents phénomènes qui ont marqué durablement les mémoires collectives, ont donné au mois d'avril un côté redouté voire mythique. Ce n'est pas l'épisode FAKIR qui va contredire cela.

PR

  • Source : Météo France/Firinga.com/NOAA/vintagemauritius.org/NASA
  • Image d'illustration : Cyclone tropical intense KAMISY (avril 1984) - NOAA

FANTALA et FAKIR

A cette liste de phénomènes ayant marqué le sud-ouest de l'océan indien au mois d'avril, il faut rajouter 2 systèmes. Le premier est le cyclone tropical très intense FANTALA qui en avril 2016, avait réussi à atteindre une intensité exceptionnelle, le faisant entrer dans le top 5 des cyclones les plus puissants de l'histoire du bassin. Le groupe d'îles Seychelloises des Farquhar a eu le malheur de subir directement ce puissant phénomène avec 3 passages successif en raison d'une trajectoire erratique.

Enfin, la forte tempête tropicale FAKIR entre également dans l'histoire du bassin. C'est la première fois que l'île de la Réunion subit un impact cyclonique direct et sévère d'un phénomène de ce type, aussi tard dans la saison. La moitié Est de l'île n'avait plus été aussi durement touchée depuis le cyclone FIRINGA en 1989. L'île n'a d'ailleurs pas été frappée aussi durement au cours d'un mois d'avril depuis 73 ans et le cyclone de 1945.

flashback

Ajouter un commentaire