Bingiza

Février et toujours pas de cyclone

Depuis le début de la saison cyclonique 2015/2016, 4 cyclogenèses ont donné les tempêtes ANNABELLE, BOHALE, CORENTIN et STAN. Alors que nous entrons dans le mois de février, un premier constat s'impose, nous n'avons toujours pas eu de cyclone sur l'ensemble de l'océan indien sud.

Un mois de Janvier timide

Cette saison cyclonique 2015/2016 ressemble pour l'instant à un chemin de croix pour les passionnés de cyclone dans l'océan indien. Après un début de saison normal avec ANNABELLE en novembre et BOHALE en décembre, force est de constater que la suite a été nettement moins intéressante. Entre BOHALE et CORENTIN, 1 mois s'est écoulé sans qu'il n'y ait eu le moindre système. La faiblesse de l'activité du mois de Janvier 2016, contraste fortement avec l'hyper activité de Janvier 2015. Pour rappel, la saison dernière avait vu 4 systèmes baptisés pour le seul mois de Janvier dans le bassin sud-ouest, dont 2 cyclones (les fameux BANSI et EUNICE).

Depuis le début de la saison 2015/2016, aucun système n'a atteint le stade de cyclone tropical, alors que nous entamons déjà le mois de Février. Il faut remonter à la saison cyclonique 2010/2011 pour retrouver pareil situation, à savoir zéro système ayant atteint au moins, le stade de cyclone tropical avant la fin du mois de Janvier. A l'époque, c'est BINGIZA qui avait mis fin à cette disette, en étant le premier système de la saison (et le dernier) à atteindre le stade de cyclone, le 12 février 2011. Le retour de l'activité cyclonique à la fin du mois de Janvier n'y a rien changé. Dans le bassin sud-ouest, CORENTIN n'a pas réussi à atteindre ce stade comme prévu initialement, malgré des conditions pourtant favorables, tandis que STAN, dans le bassin sud-est, n'aura pas dépassé celui de Forte Tempête Tropicale, avant de frapper les côtes nord-ouest de l'Australie.

La faute à El Nino ?

Parmi les explications que l'on peut avancer, il y a d'abord une anomalie d'ouest persistante en altitude qui a tendance à augmenter le cisaillement. On peut parler également du MJO qui était en phase sèche pendant quasiment tout le mois de Janvier, ou alors de la faiblesse de la dorsale subtropicale, entraînant une mauvaise convergence de basse couche nécessaire pour lancer la machine cyclonique. La timidité du bassin sud-ouest et la torpeur du bassin sud-est, nous ramène aussi aux prévisions d'avant saison réaliser par Météo France et par le Bureau Of Meteorology. Les deux agences prévoyaient une saison cyclonique en dessous de la normale saisonnière, que ce soit pour le bassin sud-ouest ou le bassin sud-est. La principale cause évoquée était El Nino, qui aura eu des conséquences parfois extrêmes, sur le climat à l'échelle planétaire en 2015. Nul doute que le bilan final de la saison 2015/2016 dans notre océan, sera observé à la loupe, pour avoir un vrai début de réponse sur l'impact réel d'El Nino sur l'activité cyclonique dans l'océan indien sud. Néanmoins, la saison cyclonique est loin d'être terminée. Nous entrons dans le cœur de saison, là où les conditions environnementales doivent normalement permettre à l'activité cyclonique d'être plus robuste. Réponse peut-être dans les jours à venir.

PR

Source : Météo France/BOM/Firinga.com

bassin sud ouest bassin sud est

Ajouter un commentaire