Dépression sur Oman et cyclogenèse en vue à l'Ouest de l'Inde

30 Mai 2020 : 05 UTC

Les régions côtières de la péninsule arabique sont affectées par des précipitations torrentielles associées à une dépression. Ces pluies concernent principalement le sultanat d'Oman et le Yemen. Au large de l'Inde, une zone suspecte pourrait évoluer en une tempête tropicale ces prochains jours.

Dépression sur la péninsule Arabique

Une zone suspecte numérotée 92A qui est sous surveillance depuis plusieurs jours en Mer d'Arabie, a atterri sur les côtes de la péninsule arabique. Le système n'a pu se creuser significativement et n'a donc pas atteint le stade de tempête tropicale. En revanche, l'activité convective associée au système est relativement marquée. Cette activité a engendré des pluies extrêmement fortes sur les zones impactées.

Ces derniers jours, le sultanat d'Oman est copieusement arrosé. Selon le service météorologique d'Oman, il a été relevé 260mm en 48h ! Les modèles de prévision proposent un signal pluvieux intense durant ce Week-End et jusqu'en première partie de semaine prochaine sur la péninsule. La zone de mauvais temps qui est pour l'instant située sur Oman, va progressivement se décaler vers l'Ouest et affecter à partir de dimanche le Yemen.

Forte probabilité de tempête à l'Ouest de l'Inde

Tandis que cette dépression arrose la péninsule arabique, une cyclogenèse pourrait se mettre en place au large de l'Ouest de l'Inde. Les données probabilistes du centre européen, proposent une probabilité élevée de formation d'une tempête tropicale dans le secteur Sud-Est de la mer d'Arabie. Cette cyclogenèse pourrait débuter à partir de la zone suspecte 93A située au large de l'état indien du Kerala. 

Cyclogeneses ocean indien mer arabie

Toutefois, de l'incertitude demeure concernant cette cyclogenèse, notamment en termes de timing. Le modèle euro IFS dans son run de 18z propose la formation rapide d'une tempête tropicale en fin de Week-End ou en début de semaine prochaine, tandis que les modèles Ukmo et GFS suggèrent plutôt un lent développement. La vitesse d'intensification aura une incidence sur l'intensité maximale du phénomène, ce qui laisse donc planer encore des doutes sur l'avenir de ce système.

PR

bassin nord

Commentaires

Ajouter un commentaire